Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 15:10
Au bout de 2 ans, les HLM nous ont vu fuir. Mes parents ont trouvé une maison à vendre à 1 Km de là à Saint Denis en Bugey. Un vrai paradis avec sa tour carrée seul reliquat d'un château médiéval, sa supérette, son super boulanger, son curé et l'Arbre du Christ supplicié.
LA TOUR : Pour accéder à la tour, 2 chemins étaient possibles; un facile mais long adapté aux promenades en famille avec ses espaces pique-nique naturels, l'autre; plus rapide mais plus escarpé, envahi de buis et de ronces et pour lequel un entrainement des jambes et du souffle était nécessaire. Mais une fois en haut, quelle vue ! La tour, en elle même n'apportait rien. il n'y avait plus guère que les 4 murs posés sur un carré parfait mais ce qui comptait en était sa conquète. Une véritable course à la première place s'instaurait régulièrement tous les étés. Un jour, mon copain Jean-François m'avait contrarié, je l'ai poussé du haut du mont à travers les ronces. Il était écorché de partout mais, comme il avait eu tort et qu'il se savait coupable, il me dévoila le sentier aux prunelles. Juste après la voie férrée mais entre le sentier lent et le rapide de l'escalade à la tour. Ces prunelles si merveilleuse quand on ne se précipitait pas pour les manger. En effet, si elles ne sont pas parfaitement mûres, elles vous déposent un voile de toile d'araignée sur les dents et les gencives (c'est la même chose pour les kakis que je découvrirais beaucoup plus tard). Le vrai problème étant de ne pas se tromper avec une autre baie presque semblable aux prunelles, qui pousse juste à côté des prunelles mais qui elle est toxique. L'autre problème de la cueillette des prunelles est que ces dernières étant ramassées chaudes sur l'arbre et consommées immédiatement et en grande quantité ...troubles intestinaux...que nous n'avions même plus à expliquer à nos parents.
LA SUPERETTE : Ce magasin avait la capacité de me rassasier après chaque séance de cathéchisme car il vendait des petits pots pour bébé aux fruits. Cela peut parraître étrange mais, à cette époque, ce n'était pas toujours évident d'en trouver en dehors des hypermarchés. Bref, une bonne partie de mon argent de poche passait dans ces petits pots aux fruits (avec préférence pour l'abricot) et le reste pour le clochard de l'église.
L'EGLISE : En soit pas grand chose, si ce n'est que pour moi, c'était la première fois que je voyais une église de type gothique. En effet dans les Landes, l'église était romane (avec le garde-champètre et son tambour pour faire les annonces du village pour la semaine à venir). Mais surtout, cette église était, toujours à mes yeux d'enfant, propre, entretenue et surtout animée comme jamais. J'aimais venir dans cette église car elle avait un curé, mais quel curé !!!
LE CURE : Il avait dans les 70 ans mais il pétait la forme. Il nous invitait à partager sa foi d'un telle manière que nous étions happés, et surtout heureux de venir le voir pour la messe ou pour le cathéchisme. Ce curé était un précursseur. Il avait des enfants de choeur fille, et devinez qui a été la seconde à bénéficier de cette situation ? Cette façon de voir l'avait obligé à quelques explications avec ses supérieurs. A Noël, il faisait une crèche animée. Les personnages étaient posés devant un autel, et, pendant la messe de minuit, les enfants de choeur et l'enfant ange Gabriel, amenait l'enfant Jésus dans son emplacement de la crèche. Ma soeur, Irène avait le privilège de faire l'ange Gabriel. Elle portait donc la statut du petit Jésus au-dessus de sa tête en offrande aux personnes de l'assistance et le déposait ensuite dans la crèche. Je jalousais ma soeur parcequ'elle tenait ce rôle du fait de sa longue chevelure blonde. Un ange s'est blond pas brun et frisé.
Plus tard, je laissais ma place d'enfant de choeur pour celle de chanteuse auprès de l'harmonium et de sa jeune pianiste. Ce curé était tellement ...que j'ai voulu rentrer dans les ordres. Il me l'a déconseillé tant que je n'aurais pas plus vécu. J'avais alors 15 ans. 
L'ARBRE DU CHRIST SUPPLICIE : Sur la place de l'église, il y avait des platanes. Ok, c'est un peu partout pareil. Et bien là, il y avait une grosse particularité. Un jour un camion a eu besoin de manoeuver sur cette place. En reculant, il arracha une branche d'un des platanes. L'arbre aurait "coulé" de la sève et  sa cicatrice représente le christ supplicié. Depuis, la foule se déplace pour voir cet arbre, et il y a même eu France 3 Rhône-Alpes. Personnellement, même en m'aplliquant, je n'ai pas réussi à le voir. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinyo
commenter cet article

commentaires

Francis 09/04/2009 12:46

EnfantE de choeur ? ben moi il y avait que des mecs...j'aurais préféré être en bugey !!!