Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 18:56
Les infrastructures sportives:

Elles étaient superbes à en faire parlir n'importe quel établissement d'enseignement.

Je commencerais par les balançoires à crêpes. En effet il ne s'agissait que de structures de jeux comme dans n'importe quel parc municipal mais il faut savoir que nous depuis la classe de première nous avions évincé les petites 6èmes pour nous y amuser. Et je peux vous dire que c'est du sport. Il y a surtout que le bac à sable qui y était attenant nous servait pour l'entrainement au lancer du poids.
 
Ces balançoires étaient attenantes au gymnase et à la piste d'atlhétisme.

L'extérieur, il y avait donc un anneau ovale de 4 pistes d'athlétisme en gomme rouge afin de nous préparer aux différentes longueurs à courir ou à marcher. Au milieu il y avait le nécessaire pour le saut en hauteur, sur le côté le matériel pour le saut en longueur avec son terrible bac à sable (les filles qui apprécient le sable dans les chaussures et les chaussettes me comprendront surtout si ce sable est mouillé) et son rateau. Pour le lancer du javelot, nous nous servions de la pelouse la plus proche jouxstant celle des hélicos. Le hochey sur gazon devenait du hochey sur goudron car nous le pratiquions sur une surface de bitume annexe au gymnase.

L'accès aux équipements sportifs fermés se faisait par le centre. Une double porte donnait sur la gauche à la piscine, sur la droite au gymnase et en face aux vestiaires.

Le gymnase : comme tout gymnase, il était possible d'y pratiquer tous les sports collectifs d'intérieur (comme par exemple ce ... de handbal) mais aussi du tennis (réservé aux terminales). Il y avait en matériel fixe les superbes cordes lisses ou à noeuds ainsi que les barres murales pour la danse. En matériel mobile nous disposions de tout le nécessaire pour la gymnastique acrobatique. La "GRS", qui, à ce moment là, s'appelait la rythmique et se pratiquait sous le préau.

La piscine :  Combien d'heures j'y ai passé !!! Il s'agissait d'un bassin de 25 mètres allant de, si mes souvenirs sont bons, 70 cm à 2.5 mètres de profond. Il y avait 4 lignes d'eau. En plus de l'entrainement traditionnel hebdomadaire, nous pouvions y venir pour nous amuser ou nous entrainer chaque mercredi et samedi après midi. Il y avait aussi quelques cours de sauvetage avec remontée du manequin (qu'il était lourd celui-là!).
Nous avions donc, pour assurer notre protection et l'entretien du site, 2 appelés du contingent, maitre-nageurs de formation. La question, de chaque nouvelle année scolaire était de savoir lequel des 2 était le plus beau ou le plus sympa, bref des discussions d'importances capitales pour des ados. Le seul gros inconvénient, était qu'ils appliquaient le règlement à la lettre et donc, ils ne se laissaient pas émoustiller par des petites ados aussi mignones les unes que les autres mais surtout aussi surveillées (pas envie de finir au trou!)

Les vestaires : Chacune des 250 élèves avions notre propre vestiaire. Certes ils n'étaient pas bien grands mais suffisants pour y accueillir les éléments de base au sport : la tenue de sport (pantalon et haut) bleu horizon, la paire de chaussettes, la paire de basket (attention nous sommes en 1980, il s'agissait des basquet plates bleues marine avec la semelle blanche), le tee-shirt bleu connu de tous les militaires et enfin le justaucorps bleu horizon lui aussi. 
Les maillots de bain (une pièce évidement c'est pour du sport) ainsi que les serviettes étaient entreposés dans une salle avec tuyeau de chauffe pour séchage avec chacune notre emplacement attribué.

Certaines d'entre nous pouvaient avoir des linges suppléméntaires en fonction de leur niveau en compétitions sportives et du sport pratiqué. En effet, il y a eu l'arrivée de vrais joggings complets aux couleurs de l'établissement pour toutes les compétitrices avec de vrais baskets. Puis il y a eu l'arrivée de tee-shirt et de justaucorps de compétition toujours aux armes de l'établissement. Attention ! Ne pas abimer sous peine de ...de rien du tout car les compétitrices étaient un peu choyées. En effet, l'armée aime à se positionner en sport. Ce que je trouve logique dans la mesure où elle y met les moyens et aussi que pendant longtemps elle a été la seule source de sportifs de haute volée voire même à l'origine de la création de certaines disciplines olympiques.

Nous avions donc toutes les conditions humaines et techniques à notre épanouissement sportif à la fois personnel et en vue des examens et concours. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article

commentaires

Pom 19/04/2009 19:20

Tout ça à l'air bien idyllique, mais... oui j'ai tendances à penser qu'il y a un "mais". Par ailleurs, il manque une chose essentielle dans cet établissement (comme dans tout internat d'ailleurs) l'amour d'une famille, de ses parents au quotidien... Et pas toujours facile de vivre en collectivité non plus malgré les avantages qui peuvent en découler...
Enfin, je m’avance là, je vais aller voir la suite…