Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 18:16
Et maintenant abordons l'internat. Nous approchons par le préau. Sur son fronton est apposé un bas-relief d'Hélène Boucher pionnière de l'aéronautique. Ce préau servait à nous protéger de la pluie comme tout préau mais servait aussi à la projection de film un dimanche sur deux en moyenne, à la présentation des activités artistiques (carnaval à thème, fête de fin d'année) mais surtout de lieu de regroupement. Ces derniers avaient lieu pour chacun des trois repas (rangement par équipes) et pour la montée en cours (rangement par classe).

Au fond de ce préau, il y avait une estrade permettant nos diverses manifestations et dont le recoin en haut à droite permettait à la surveillante générale de l'internat ou de l'externat d'avoir un regard inquisiteur sur l'ensemble des petits anges présents.

L'escalier, depuis ce préau, menait à un petit couloir couvert des portes-manteaux, je devrais dire des porte-capes, un pour chacune d'entre nous (répartition par équipe). J'expliquerai plus tard le système des équipes.
Sur la gauche de ce petit couloir, nous pénétrons dans le réfectoire avec, à son extrémité les cuisines et les salles de restauration du personnel et des enseignants + la salle des repas d'équipe avec la Directrice.
Depuis la droite de ce petit couloir, un autre débutait qui nous amenait droit devant à l'internat ou sur la gauche à l'ecalier desservant les salles de classe.

Droit devant donc : pour monter à l'internat, il fallait d'abord franchir la porte vitrée et un petit sas de verre (dont le seul intérêt hormis l'évacuation en cas d'incendie était l'accès en contre-bas à la cabine téléphonique). Nous arrivions alors dans une grande salle : celle de la télévision. Ce niveau était considéré comme le rez-de-chaussée de la structure. Un poste de télévision dont on ne pouvait profiter que le dimanche après-midi (c'est sur ce poste que j'ai pu voir la victoire de Yannick Noah à Rolland Garros et le premier passage TV de Jean-Jacques Goldmann avec sa petite cravatte noire : il en a lançé la mode d'ailleurs !) installées dans des sièges en skaï de sous-officiers. Il faut signaler que tout le matériel de literie et d'environnement était du matériel sous-off (pour ceux qui connaissent : ce n'était pas n'importe quoi !). La télévision n'était allumée que pour les terminales afin de voir les informations (normal préparation du baccalauréat oblige) et que pour celles qui avaient fait preuve de civisme volontairement (ex. : ranger les bancs après la projection du film dans le préau, secours à une collègue en difficulté, coup de main envers les personnels d'entretien...)

Cette salle était située de façon centrale par rapport au batiment, donc sur la droite ou sur la gauche les dispositions étaient identiques. Sur le même étage, il y avait, la pharmacie, la salle d'entrepôt des capes de cérémonie, les chambres individuelles des terminales, une salle d'étude et une autre avec une plaque électrique pour se faire une tisane.

Du centre à chaque extrémités de couloirs, il y avait 3 escaliers désservant les étages et le sous-sol.

Le sous-sol regroupait la lingerie et les rangement du linge, les sous bassements de rangement des valises, la salle de confection des uniformes pour le tailleur (les uniformes de cérémonies ainsi que les robes de bal des terminales étaient sur mesure), le foyer (avec un autre poste de télévision et de quoi se reposer ou faire la gymnastique de Véronique et Davina) et le foyer de vente (AFFA).

Sur le premier et le second étage étaient répartis les dortoirs de huit lits chacun. Soit huit équipes de 8 lits par étage avec 4 blocs de 4 douches et 8 lavabos (un bloc commun à deux équipes), un bloc de sanitaires WC et la salle chauffée de dépôt des serviettes de bains avec une double barre d'étendage chacune. A chaque extrémité on trouvait le placard de ménage des chambre et une chambre avec bloc sanitaire complet pour les surveillantes.

Chaque dortoir comptait donc 8 lits avec, pour chacun une armoire de rangement + un élément en hauteur au-dessus de la tête de lit exepté pour le huitième lit, qui du fait de son isolement géographique dans la pièce ne permettait pas la pose de cet élément. Il y avait aussi deux tables carré de travail, 8 chaises et un meuble de rangement des chaussures et du petit matériel de poussière.

Voici pour la localisation des locaux. Plus tard nous aborderons la vie dans l'établissement côté internat et donc le système des équipes.

Je pense que toutes celles qui ont vécu à la Maison des Ailes se retrouveront dans mes explications et peut-être auront-elles un petit scroutch-scroutch au coeur.




 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article

commentaires

nanie 20/04/2009 11:03

en tout cas, les explications sont claires et meme en ne connaissant pas, il sera facile de se repérer ensuite !!! bisous bisous

Chriz 06/04/2009 20:40

...
Tes textes me font pas encore scroutch-scroutch mais j'ai hâte de connaitre la suite !
Tu es toujours la bienvenue sur "Bondieuseries"...
Biz...
...

Scroutch 04/04/2009 00:47

Le monde est petit..
J'attends la suite avec impatience !
bonne continuation...
A plus...

Kinia 06/04/2009 19:58


le monde est petit ? Pourquoi ?
Je prends le temps pour écrire car je veux essayer d'être la plus honnète possible. En effet je vais bientôt aborder le côté épineux de mon affaire.
Bises.