Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 11:29

 En ce 29 ème jour du mois d'Août de l'an de grâce 2010, veuillez vénérer Le Saint Monstre ici en son antre et ici dans votre demeure.

Afin de vous permettre une totale dévotion, voici les récits des épopées légendaires du Saint Monstre. (merci Wiki)

.

L’enlèvement des Sabines est un épisode de la mythologie romaine durant lequel la première génération des hommes de Rome se procure des femmes en les volant aux familles voisines des Sabins. Relatée par Tite-Live et Plutarque, cette histoire fournira un sujet à de nombreuses œuvres d’art de la Renaissance et de la post-Renaissance, puisqu’elle réunit des exemples propres à montrer le courage et la hardiesse des anciens Romains tout en ayant l’opportunité de dépeindre des personnages à moitié nus et dans une lutte intense et passionnée. On retrouve des sujets similaires dans l’Antiquité, comme la bataille entre les Lapithes et les Centaures ou celle entre Thésée et les Amazones, ou dans le christianisme, avec le massacre des innocents. 

L’enlèvement est supposé avoir eu lieu tout au début de l’histoire de Rome, peu après sa fondation par Romulus et ses disciples, majoritairement masculins. Cherchant des femmes pour fonder leurs familles, les Romains négocient sans succès avec les Sabins qui peuplent les environs. Craignant la naissance d’une société rivale, les Sabins refusent d’autoriser leurs femmes à épouser des Romains. Ces derniers planifient alors leur enlèvement. Romulus prétexte un festival équestre dédié à Neptune et proclame que la fête aura lieu avec les voisins de Rome. D’après Tite-Live, beaucoup de peuples voisins participent à cette cérémonie, dont les Caeninenses, les Crustumi, les Antemnates et de nombreux Sabins. Durant le festival, au signal de Romulus, les Romains enlèvent les femmes sabines et repoussent les hommes de leur peuple. Romulus supplie alors les femmes enlevées d’accepter les Romains comme époux.

Tite-Live est catégorique sur le fait qu’aucun abus sexuel n’a lieu. Au contraire, Romulus leur offre le libre choix et leur promet droits civiques et droits de propriété. Il parle à chacune d’elle personnellement et leur montre « que cette violence ne doit être imputée qu’à l’orgueil de leurs pères, et à leur refus de s’allier, par des mariages, à un peuple voisin ; que cependant c’est à titre d’épouses qu’elles vont partager avec les Romains leur fortune, leur patrie, et s’unir à eux par le plus doux nœud qui puisse attacher les mortels, en devenant mères. » Elles vivront honorablement dans les liens du mariage et partageront les biens et les droits civiques de leurs époux. Et, vœu cher à tous les êtres humains, elles seront les mères d’hommes libres.

sabines2

 Guerre contre les Sabins après l’enlèvement 

Indigné par les évènements, le roi des Caeninenses envahit le territoire romain avec son armée. Romulus mène les Romains contre les Caeninenses, tue le roi et met l’armée en déroute. Il attaque ensuite Caenina et prend la ville au premier assaut. A son retour à Rome, Romulus dédie un temple à Jupiter Férétrien (un des premiers temples dédié de Rome, d’après Tite-Live) et offre la dépouille du roi comme spolia opima (butin). D’après le Fasti Triumphales, Romulus célèbre la victoire contre les Caeninenses le 1er mars 752 avant JC.

Au même moment, l’armée des Antemnates fait une incursion en territoire romain. Les Romains ripostent et les Antemnates sont défaits et leur ville conquise. D’après le Fasti Triumphales, Romulus célèbre cette seconde victoire contre les Antemnates en 752 avant JC.

Les Crustiminis débutent également les hostilités, mais leur ville est rapidement conquise par les Romains.

Romulus envoie alors des colonies romaines à Antemnae et Crustumerium et de nombreux citoyens de ces villes émigrent vers Rome (en particulier les familles des femmes capturées).

Menés par leur roi Titus Tatius, les Sabins déclarent également la guerre aux Romains. Ils parviennent presque à conquérir la ville grâce à la trahison de Tarpeia. Tarpeia, fille de Spurius Tarpeius, gouverneur de la citadelle sur la colline du Capitole, ouvre les portes aux Sabins en échange de « ce qu’ils portent sur leurs bras ». Elle croyait recevoir leurs bracelets en or, mais au lieu de cela, les Sabins l’écrasèrent à mort avec leur bouclier et elle fut jetée du rocher qui porte depuis son nom, la Roche Tarpéienne.

Les forces romaines attaquent alors les Sabins qui sont en possession de la citadelle. L’avancée romaine est conduite par Hostus Hostilius alors que le front sabin est mené par Mettus Curtius. Quand le premier tombe sous les coups de l’adversaire, les lignes romaines cèdent et se retirent à la porte du Palatium. Là, Romulus rassemble ses hommes et, promettant de bâtir un temple à Jupiter Stator à cet endroit même, il mène les Romains à nouveau à la bataille.

L’affrontement se poursuit. Mettus Curtius est désarçonné et fuit la bataille, les Romains prennent alors le dessus.

Les femmes interviennent à ce moment-là pour réconcilier les belligérants :

« [Elles] sont allées, courageuses, au milieu des projectiles, leurs cheveux défaits et leurs vêtements déchirés. Courant dans l’espace entre les deux armées, elles essayèrent d’arrêter tout nouvel affrontement et de calmer les passions en appelant leurs pères dans l’une des armées et leurs maris dans l’autre, à ne pas appeler la malédiction sur leurs têtes et la souillure du parricide sur celle de leur descendance, en salissant leurs mains du sang de leur beau-fils et beau-père. Elles criaient : « Si vous êtes las de ces liens de parenté, de ces obligations matrimoniales, alors tournez votre colère sur nous, c’est nous qui sommes la cause de cette guerre, c’est nous qui avons blessé et tué nos maris et nos pères. Nous préférons mourir plutôt que de vivre sans l’un ou l’autre, comme des veuves ou des orphelines. »

En 290 av. J.-C., les Sabins furent soumis par le général romain Manius Curius Dentatus ; en 268 av. J.-C., ils se virent octroyer le titre de citoyens romains à part entière.

Après la réconciliation, les Sabins acceptent de former une seule nation avec les Romains et le roi des Sabins, Titus Tatius, dirigera Rome, conjointement avec Romulus, jusqu’à sa mort cinq ans plus tard. Les Sabins nouvellement résidents à Rome vécurent sur la colline du Capitole.

 Contexte culturel 

Des chercheurs ont vu des parallèles entre l’enlèvement des Sabines, la guerre entre les Vanes et les Ases de la mythologie nordique et le Mahâbhârata de la mythologie hindoue, ce qui étaierait la thèse de l’existence d’un peuple proto-indo-européen qui aurait diffusé sa culture, sa langue et ses croyances à la majorité des peuples d’Europe et d’Asie.

À propos de ces parallèles, James Patrick Mallory, archéologue et professeur d’archéologie à la Queen’s University de Belfast, argumente :

«  Fondamentalement, les parallèles concernent la présence de représentants des premières et deuxièmes fonctions [magico-juridiques et guerrières] du côté des vainqueurs qui, au final, soumettent et intègrent des personnages ayant une troisième fonction comme, par exemple, les Sabines ou les Vanes. L’Illiade a également été examinée sous cet angle. La structure ultime du mythe est donc que la société proto-indo-européenne n’a pu naitre que d’une fusion après-guerre entre les sociétés. »

Martyre à Rome

Il n'est pas douteux qu'elle ait subi le martyre pour avoir enterré sa servante victime de la persécution. Elle vivait sans doute à Vindenia en Ombrie. Une église bâtie à Rome en son honneur sur le mont Aventin en fit une sainte romaine très célébrée.
À Rome, commémoraison de sainte Sabine, dont le titre établi sur l’Aventin vers 422-432, présente son nom à la vénération.

.sabine1.jpg

Manifestez votre vénération par un petit commentaire (élogieux bien sûr )

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article

commentaires

MUGUET JOCELYNE 02/09/2010 08:27



L'humour sauve de tout ma douce


Beezoo niania



Kinia 02/09/2010 20:57



Jm : de presque tout. Il y a de l'humour noir, jaune et de trahison.


Bizoo Kinia



MUGUET JOCELYNE 30/08/2010 17:52



Bravo Monstre du grand style!que tu nous fais là!!!j'en suis toute ébaubie!!!


...et un Monstre de plus à ma connaissance!!!


beezoo sabiniania



Kinia 31/08/2010 15:09



Jm : cela s'appelle de la Mégalomanie. Une nouveauté pour moi. J'avoue que j'aime cela...mais non j'ai toujours eu de l'humour


Bisous Kinia



Michèle 29/08/2010 16:57



bonne fête


tout y est


du bon travail , et voilà encore de quoi s'instruire


grosses bises



Kinia 30/08/2010 08:45



Michèle : J'ai tout pompé sur Wikipédia. J'ai juste refais un peu de mise en page. Merci tout de même. Cette page est un record : réalisée depuis l'idée jusqu'à l'envoi en ligne en moi de 15
minutes.


Bisous Kinia



patriarch 29/08/2010 14:23



Les Horaces et les Curiaces, belle version à faire !!!! 6 années de latin et 5 de grec !!


 


belle journée Bises !!



Kinia 30/08/2010 08:43



Patriarch : Je n'ai fais ni latin ni grec mais j'avoue aimer cette épopée;


bises Kinia


 



mlafeeclochette 29/08/2010 13:29



bonne fête à toi Oh Monstre !!



Kinia 30/08/2010 08:42



mlafeeclochette : C'est bien. Tu seras peut-être récompensée. 


Bises de : Ô moi le Monstre