Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 12:34

Les évènements se précipitent et au travers de mes coms sur vos pages ou de mes réponses sur les miennes, mon identité se dévoile.

.

Je comptais vous donner l'explication de mon pseudo au moment de mon histoire où il est apparu, mais il me semble opportun de le faire maintenant. 

.

Je n'ai jamais eu de surnom de toute mon enfance à l'exeption d'un "Binuch" que je n'acceptais que d'un seul de mes oncles.

.

Mon nom de code sur la CB était "Poison". Je voulais déjà me démarquer des pseudos à la noix et je voulais que l'on m'assimile à un produit dangereux.  Mais Poison n'était pas très phonétiquement facile sur les ondes et surtout sur la BLU.

.

Tous les chats portent un nom d'alcool commençant par la lettre de l'année des vétos. (Elixir, Poison, Pastagua, Armagnaque (qui était Armagnac jusqu'au jour où il nous a fait des petits)....).

.

Mon pseudo sur Jamendo est donc logiquement "ArsenicAs31". Un nom de poison clair suivi de son symbole chimique sur la table de Mendel et encore suivi de mon numéro de département de résidence.

.

Lorsque j'ai découvert internet, mon mari était encore à la maison et je ne voulais pas qu'il puisse me reconnaitre sur les pages d'accueil de Google.  

.

Donc ne pas trouver de pseudo en alcool ni produit toxique et encore moins lié à mon prénom ou à ma famille.

.

Il fallait un pseudo qui n'avait rien, mais rien du tout à voir avec moi.

J'ai donc décidé de fermer les yeux et de porter le nom de ce qui apparaitrait d'un coup à ma vue.

Je prenais le risque de m'appeler stylo, règle, carton, gomme mais pas scotch car allusion à de l'alcool.

.

Je ferme les yeux et en les ouvrant ils tombent sur la marque du haut-parleur de l'ordi : Kinyo.

.

Je vais sur Google, et, à Kinyo s'affichent un vingtaine de pages uniquement sur les divers produits de cette marque.

.

Adopté Kinyo. Pseudo afin d'espionner un certain site (en inversant le I et le Y) où il fallait être un homme.

.

Mais je suis une fille, si, si. Et les hommes, d'après une étude vue sur Arté, sont sensibles au prénom féminin finissant en A.

.

Kinia est donc née. Kinia est née avec vous sur mes pages afin de détruire le monstre.

.

Voici ce qu'a été ma rencontre avec internet et le haut débit :


 

.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 19:40

Le temps passe mais nous sommes toujours à Agen.

.

Entre deux cours de conduite, le code en poche, Kaalloo me demanda de nous mettre en concubinage notoire.

.

Le "cucupinage notoire" comme on l'appelait à l'époque. Ceci n'avait aucune valeur légale et n'apportait aucun avantage hormis 20 % de réduction sur Air France. 

Mais il fallait tout de même se rendre en mairie, avec deux témoins et signer sur un registre cette "union" qui n'en n'était pas une et qui n'engageait aucunement l'un envers l'autre de quelque façon que ce soit.

Je tiens tout de même à préciser que sans ce passage dans les idées de nos élus de haut niveau, le PACS, n'existerait pas car ce dernier a très largement été inspiré du "cucupinage notoire".

.

amoureux 3J'avais donc accueilli cette demande avec bonheur. Au bout de si peu de temps, mon premier Amour, le Vrai, le Merveilleux voulait me prouver son amour en signant ce document bien qu'il n'y ait aucun intérêt financier à la clef. Il me prouvait tout simplement son amour et son désir d'engagement personnel et à visée future bien que j'e ne lui avais jamais rien demandé. Et ce d'autant plus que cela ne m'était même pas parvenu au cervelas de lui demander quoique ce soit.

.

Nous voici donc le vendredi 04 décembre 1988 à l'hôtel de ville d'Agen afin de signer ce document, nous deux ainsi que nos deux témoins. L'un des deux témoins à failli oublier l'heure, et, comme les portables n'existaient pas, nous nous sommes fait un sang d'encre pour cette signature. La plus inquiète était la secrétaire de mairie qui voyait 17 heures arriver pour un vendredi et donc son week-end s'amoindrir d'autant.

.

Nous avions voulu offrir un apéro aux témoins pour clore cette "cérémonie" mais ils étaient pressés de partir. Bref, soirée et nuit entre 4 yeux car nous n'avions pas la télé et encore les moyens d'aller au cinéma. Du moins je le croyais.

Du pognon, il en avait mais il n'était pas pour moi.

.

Arrive le 15 décembre, une grande épidémie de grippe met la moitié des travailleurs au lit avec température et arrêt maladie à l'échelle nationale. L'hôpital local, en manque grave de personnel et les lits pleins de grippés, avait remis la main sur mon CV. Il m'offrit donc un CDD pour trois semaines, Noël compris.

Je prends le contrat avec le sourire. Enfin un peu de travail et donc de revenus. Mais j'ai dû travailler, en mobylette, avec 39 ° C, car moi aussi j'étais grippée mais moi, je n'avais pas le choix.

.

Quelques jours plus tard, Kaalloo, prit sa tête de malheureux pour m'annoncer son absence à mes côtés pour les fêtes de fin d'année. Une fiesta avait été prévue dans sa famille avec grand regroupement des tontons et des tatas. Bref beaucoup de monde réunis. Moi, pensant que l'évênement était rare, je m'inclinais en le rassurant.

Faut-il être C..

.

Arrive le 24 décembre 1988. J'avais quitté mon poste à 15 heures et je décidais de passer un grand bout de la soirée en compagnie au café le Cyrano. A 20 heures, la femme du patron m'indique gentiment la porte car elle partait réveillonner. Ah bon ? J'avais égoïstement pensé que ce café serait resté ouvert.

.

Tant pis. Je rentrais chez moi en me disant que, à me coucher tôt, il y aura au moins une infirmière d'aplomb le lendemain.

.

Manger. Il fallait tout de même manger pour tenir ce CDD. Une amie m'avait avancé vingt francs et j'avais pu faire quelques petites courses. Kaalloo avait voulu du cassoulet en boite. Non pas que c'était bon mais cela l'aurait changé des tartines au pain et de la soupe en sachet.

La mort dans l'âme je me décidais à manger le dit cassoulet. Une petite boite individuelle que j'avais ouvert avec l'ouvre-boite qui ne tombe jamais en rade en laissant le couvercle ouvert façon capot de voiture.

Désabusée, j'attrapais un petite cuillère et je la plongeais directement dans la boite même pas réchauffée. Un fois le contenu de la boite englouti, je me douchais et direction "à le dodo". Il était 21 h 30. Extinction des feux.

Joyeux Noël ! Mouais....

.

Et pendant ce temps là Kaallo s'amusait comme un fou à cette fiesta ANNUELLE et SYSTEMATIQUE, et mangeait déjà comme un chancre.

.

Lorsque le réveil sonna à 5 heures du matin, je pétais la forme et, comme je l'avais supposé, j'étais la seule en forme. Partout les vapeurs de champagne et de chocolats.

.petit cadeau de Noël que j'aurais bien voulu avoir (aujourd'hui encore):

 

 

 

.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 00:42

1/ Rappel géographique :

J'habite à 45 km plein sud de Toulouse dans le département de la Haute-Garonne (31)

Je travaille à Saint-Léon, à 7 Km de Nailloux et à 30 minutes plein est de mon domicile (31)

.

2/ Rappel temporel : nous sommes le mardi 05 mai 2010.

.

3/ Rappel de certaines réactions sur mes pages :

"tu exagères en disant que tu as eu un hiver cinglant"

"tu le fais exprès ou quoi ? c'est vrai tout cela ?"

.

Pour prouver, s'il en est besoin, que je ne raconte pas de bêtises et que je n'y suis pour rien, voici les photos prises ce jour à 14 h depuis mon travail. (oui je garde précieusement l'appareil photo offert par Minijupe sur moi).

.

Vue de devant l'établissement où je travaille :

neige2010-002.jpg

Vue du dos de l'établissement : notez ma chère Xantia au premier plan :

neige2010 001

.

Vue du tableau de bord de ma chère Xantia au moment de mon départ du travail.

neige2010 003

Alors ? Que penser ??????

 

 

 

.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 17:08

Le chômage : quelle belle vie.

assedic.jpgMe voici donc au chômage non indemnisé pour cause de manque de quelques heures bien que les ayant faites. Cela s'appelle la magouille de l'employeur afin de ne pas participer au frais de chômage. En effet, à ce moment là les employeurs étaient tenus de participer au frais du chômage occasionné par leurs ex-salariés.

.

J'habitait dans un T1 meublé que j'avais trouvé en moins de 3 jours. Je pensais avoir de la chance d'autant plus qu'il était relativement en centre ville donc accessible à pieds. 75 route Denfert Rochereau. Kaalloo venait y dormir puis repartait en casernement la journée.

.

J'avais réussi à obtenir des allocations logements et il ne me restait plus que 75 francs par mois à donner au propriétaire puisque j'avais demandé le versement direct des prestations auprès de celui-ci.

.

Mais comment vivre avec rien ? L'amour certes peut se contenter d'eau fraîche mais il arrive un moment où il faut bien se sustenter.

.

J'avais, suite à un hasard, pris l'habitude d'aller au café en face du Cyrano, le café des sports, relais des supporters du rugby d'Agen. Là, j'y rencontrais tous les jours un petit groupe de frais retraités qui appréciaient beaucoup ma compagnie. Ils m'offraient un jus d'orange en échange de mes idées et de mes histoires. Il parait que je sais raconter.

.

Donc, sans argent, du moins une fois épuisé le dernier salaire et payé mes leçons de conduite, j'avais mis en place une stratégie alimentaire dont je  n'avais pas conscience de la dangerosité.

1/ J'achetais une baguette à 2 F 30 dans une supérette. Je la coupais en deux et en réservais une moité. La première moitié était à nouveau coupée en deux. Un bout pour Kaalloo et l'autre pour moi que nous trempions bien souvent sans beurre ni confiture, dans un bol de café car c'était le plus rentable. L'autre moitié servait au lendemain. C'est ce que l'on appelle les tartines au pain.

2/ Le midi je buvais mon jus d'orange tandis que Kaalloo mangeait à la caserne.

3/ Le soir lorsque Kaalloo était là nous mangions de la soupe déshydratée à 30 centimes le paquet, sinon je me contentais d'une tisane.

.

maigre.jpgBref, au bout de deux mois de ce régime le monstre et ses 1 m 70 sont passés de 68 kg à 56. Vu que j'ai une ossature large, on aurait pu faire un cours d'anatomie sur moi.

.

Je me sentais bien. Lorsque l'on débute dans la vie, il y a des sacrifices à faire ou du moins ce sont eux qui s'imposent à vous.

.

Plus tard, lorsque j'ai pu me racheter à manger, je n'arrivais plus à avaler quoi que ce soit. En effet mon estomac habitué à ne rien recevoir, s'était rapetissé au point de ne plus pouvoir accueillir de nourriture.

Il m'a fallut réapprendre à manger mais cela ne se produira que 8 mois plus tard. Et quelques mois après, j'avais même pris trop de kilos qui m'ont complexé durant toutes ces dernières années.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 21:00

Dans la série des journées de haute qualité pour débuter la semaine :

aujourd'hui lundi 26.04.2010

J'aurais dû me méfier. Il est vrai que cela ne sentait pas très bon depuis vendredi.

Vendredi ma collègue de travail décide de ne pas venir à la formation de ce lundi.

Formation pour laquelle ma présence était souhaitée de façon à l'égayer un peu et à y apporter de la pertinence (non pas de l'impertinence....)

Samedi, incendie de ma carte bleue à équiper les enfants en linge et chaussures puis sortie avec la banda que l'on avait oublié de me mentionner. coucher 2 heures du matin.

Dimanche, repas chez ma mère mais voyage imprévu sur Toulouse pour continuer d'installer ma fille avec son Jules.

Bref, pour un week-end hors travail, pas de tondeuse de passée. Et visualisation de mon trajet pour ma formation du lendemain : une cata. Et mon patron qui ne me tiens pas informée de la présence ou non de ma collègue.

.

Ce matin, je passe donc au boulot afin de récupérer ma collègue qui donc ne s'est pas présentée.

Je refuse de prendre le véhicule de fonction car route inconnue, en tortillons + voiture inconnue + talons aiguille = trop de risques.

Je me dirige donc sur Saussens (31) avec ma voiture presque neuve à force de la réparer depuis 3 mois. (boite de vitesse + embrayage changé 1,5 an plus tôt, + disque et plaquettes de freins + courroie de distribution et tout son Kit + pompe à eau + pneumatiques + parallélisme) soit un total préférentiel de 3.000 euros (toujours pas finis de payer).

.

Cloc, clolc, cloc. Bon sang que se passe-t-il encore ? Cloc, cloc à chaque rétrogradation. Et oui, j'ai beaucoup rétrogradé car coincée derrière un camion de Nailloux à Caraman à 60 km/heures (soit durant 30 minutes). Impossible de doubler car les arbres inclinés obligeaient le poids lourd à circuler en centre de chaussée. Arrêt complet lors de chaque croisement d'un autre camion ou bus.

.

Cloc,cloc. Cela persiste et devient alarmant !  J'appelle mon garagiste qui m'impose de m'arrêter de suite. Oui mais où ? Les chemins de coteaux n'offrent pas cette possibilité ni de visibilité pour stopper en Warning.

Arrêt et examen du moteur et des courroies : tout est OK. Mon garagiste me conseille de m'arrêter auprès du premier garage venu dans Caraman (31)

Super un Citroën. Je roule en Xantia. Examen de la voiture : rein de grave mais qui aurait pu le devenir. La garniture, garde-boue, du pneumatique avant passager a perdu une partie de ses fixations et frottait dangereusement sur mon pneu (prononcez peuneu) et c'est cela qui me tirait vers le bas côté.

.

L'épouse du garagiste me mène jusqu'à Saussens et me donne son numéro de téléphone afin de venir me chercher à la fin de ma formation.

.

Saussens : mais la formation n'est pas ici, elle est à Cahuzac. Soit 45 minute plus loin (après Revel). Super ! Comment faire ou y aller sans voiture ? De plus la formation est débutée. Cahuzac décide de m'envoyer un taxi. Taxi qui n'arrive pas, n'arrive pas et n'arrive pas. A défaut de taxi disponible, je vois arriver une ambulance.

.

Arrivée à la formation, en ambulance, à 10 h 30 pour une formation débutée à 9 h 15. Je me suis donc tout de suite fait repérer en arrivant dans la salle de réunion. Moi, mon retard, mes sandalettes noires à talons aiguille, ma petite robe bustier rouge à poids blanc réhaussée d'une énorme ceinture noire et mes bijoux assortis.

15 h 30 : fin de la réunion. Une collègue de Saussens me ramène auprès de mon automobile.

citroen-logo.jpgL'épouse du garagiste confirme les petits travaux exécutés et me rend ma clef de contact. Elle refuse à deux reprises la moindre notion de paiement quelconque pour cela.


MERCI CITROEN DE CARAMAN !

.

Retour au boulot pour ma deuxième formation, obligatoire celle-ci puisqu'il s'agit de la formation incendie.

Trop tard, le formateur me fait gentiment mais fermement comprendre que je n'ai plus aucun intérêt de rester et me montre la porte.

Je ne dirais pas tout de suite l'évènement suivant car j'en ai eu jusqu'à 20 h.

.

Le soleil vient de se coucher, encore une belle journée, et il est bien remercié l'homme qui m'a aidé.

Encore merci Citroën Caraman (31)

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 20:23

Grosse polémique sur la toile en ce moment. Et pourtant je n'y suis pour rien.

En résumé : un volcan Islandais laisse échapper quelques grosses fumerolles dans le ciel européen en autre.

.

Principe de prévention, et non de précaution : suppression de tous les vols nationaux et internationaux  dans de nombreux aéroports.

.

Résultat : colères diverses et variées.

JE VOUS DEMONTRE TOUT DE SUITE LA RAISON POUR LAQUELLE IL NE FAUT PAS MELANGER FUMEE ET AVIONS.

.

 

Je vous embrasse tous.

 

Partager cet article
Repost0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 19:44

Agen encore (et ce n'est pas fini !).

Perte d'emploi par ignorance. En effet, après avoir, comme je le pouvais, donné toute mon énergie dans ce service de soins intensifs cardiologie, pendant toute la durée des grandes vacances (juin, juillet, août), mon cadre me convoqua dans son bureau. Elle me proposa un nouveau CCD de 3 mois dans un service plus traditionnel. Le planning n'était en fait qu'une éternelle suite de remplacements de l'une puis de l'autre dans un service puis dans un autre. Je lui rétorquais qu'elle devait m'embaucher vu que je venais de faire déjà  trois mois dans l'entreprise ou bien me virer. Et bien elle m'a viré !  

Voilà ce que c'est que d'ignorer les lois ! Elle avait tout à fait le droit de me faire un second CCD. Kinia, direction les Assédic pour apprendre qu'il me maquait 42 heures ou deux jours de travail afin de toucher quoique ce soit. Or les heures et jours je les avais car je travaillais en 12 heures sans sortir du service. Or le patron avait déclaré des heures de pause....J'ai eu beau me débattre, rien à faire. Lorsque les institutions ne veulent pas payer, elles savent faire la sourde d'oreille.

.

Du travail, il y en avait mais à La Plume, commune à 30 km d'Agen. Je n'avais pas le permis de conduire et les transports en commun, ne permettaient pas le respect des horaires de travail décalés d'une infirmière. J'avais bien penser à déménager mais voilà, il y avait Kaalloo.

.

J'avais donc décidé de consacrer le peu d'argent que j'avais en inscription en auto-école et au 20 heures de conduite prévues dans le forfait.

.

Parmi les copains de cette période il y avait "Jojo". Je l'appelle comme cela car je n'ai jamais su son prénom. Ce jeune homme avait ce que l'on appelait à l'époque le "délit de sale gueule". Il avait donc bien ou même très bien le type "Afrique du Nord" mais portait un prénom et un nom typé Asiatique du style Tian Pian quelque chose.

.

Jojo, travaillait, à la saison comme monteur et guichetier dans les manèges. Nous nous sommes rencontrés alors qu'il cherchait du travail sur Agen entre deux saisons de fêtes foraines. Il était tellement gentil, que lorsqu'il me raconta qu'il dormait à la gare SNCF (oui, à cette époque c'était encore possible, nous n'étions pas en Vigie-Pirate rouge), je lui proposais de dormir chez moi à l'occasion mais surtout de profiter de ma salle de bains. Il accepta même de se raser la barbe et la moustache sur mes conseils. Je lui avais expliqué, que, avec son "délit de sale gueule", ses chances étaient anéanties dès le départ. Je lui avais même donné l'autorisation d'utiliser l'après-rasage de Kaalloo.

Ce dernier n'avait pas du tout apprécié non seulement que je fasse venir un autre mec que lui chez moi mais que en plus, je l'avais autorisé d'utiliser SON après-rasage qu'IL avait payé.

.

Jojo me rendit un grand service. Vu son métier et le fait qu'il conduisait et réparait tous les véhicules de la caravanne des forains, il excepta d'examiner une occasion pour moi.

.

Un belle Renault 18 de 9 ans d'âge, la carrosserie presque parfaite mais j'avais des doutes sur le moteur et la partie roulante du véhicule. Jojo examina de très très près le dit véhicule, moteur, roues, carrosserie mais aussi tout le dessous. Il se coucha sur le sol et se glissa sous le véhicule. Le propriétaire, un vendeur de la marque, commençait à s'impatienter lorsque le verdict tomba : "C'est une occasion en or. Elle vaut les 9.000 francs demandés".

 

 

 

Parfait. J'acceptais de déposer un chèque (de ma maman) de caution avec la notification sur le bordereau de vente de l'acceptation de l'achat de la voiture qu'à la condition de son passage réussi en préfecture.

.

J'étais donc l'heureuse propriétaire d'une voiture, à assurer alors que je n'avais pas le permis. Jojo conduisit le véhicule jusqu'au parking de mon immeuble, le gara dans un coin à l'abri du risque accident avec les autres et j'attendais le passage en Préfecture afin d'orner MA première voiture de MA première plaque d'immatriculation en 47 s'il vous plait.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 19:24

Afin de vous aider à m'aider voici les gros plans de l'indélicate plante sévissant dans mon jardin.

.

.jardin-2-001.jpg

.

jardin 2 003

.

Et pour Minijupe les photos demandées :

.

jardin 2 004

.

cochon-10.jpg

Ne sont-elles pas belles mes photos cochonnes ????

Partager cet article
Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 20:15

Un gros soucis au jardin. Non il ne s'agit pas de la fleur mais d'un problème que je rencontre chaque année, et à chaque fois cela empire.

.

Tout d'abord, je tiens à remercier Minijupe, car c'est grâce à l'appareil photo qu'elle m'a offert que je vais pouvir vous exposer LE CAS.

.

Il faut dégager les bases des arbres à chaque printemps et renouveler l'intervention aussi souvent que nécessaire. Pour moi, c'est facile, il fait tellement sec pendant l'été que cela ne dure pas longtemps. Mais bon !

Autour des dits arbres fruitiers, sauf l'olivier, poussent des branches. On pourrait croire que ce sont des regimbés de l'arbre mais non. J'ai rarement vu des cerisiers, des pommiers, des poiriers, des pruniers et des kakis avoir tous les mêmes regimbés.

Voici ce à quoi cela ressemble de loin :

.Photo-arbre-001.jpg le gros tas vert au pied de l'arbre

Puis de plus près :

.Photo-arbre-002.jpg

Cette cochonnerie s'auto marcotte et non seulement le pied des arbres sont envahis mais aussi leur périphérie jusqu'à 20 cm autour.

Elle s'insinue tellement que l'on est persuadé que cela vient de l'arbre.

.

Photo arbre 003Sur cette photo, les traces de mon sécateur. Non je n'ai pas abîmé l'arbre. C'est vraiment cette saleté qui donne l'impression d'adhérer à l'arbre. A tel point que le marcottage s'est fait dans un sillon naturel de l'arbre fruitier.

.

Photo arbre 004Voilà le résultat du nettoyage de mes 8 arbres et il en reste un à faire car je l'ai gardé tel quel pour la prise photographique.

.

L'autre résultat étant 2 ampoules dans les mains. Je sais j'aurais dû mettre des gants mais je ne pensais pas en avoir autant à enlever. Bien que, je m'en doutais un peu vu l'hiver rigoureux que nous avons eu avec ses trois épisodes de grosses neiges (50 km plein sud de Toulouse -département 31-).

.

La question est la suivante : qu'est-ce-que c'est que cette chose qui agrandi son territoire chaque année.

Et surtout comment faire pour m'en débarrasser en utilisant des produits ou méthodes respectueuses de l'environnement et surtout sans abîmer mes arbres et donc compromettre les récoltes à venir ?

Je compte sur vous. Merci. Et encore merci à Minijupe.

Partager cet article
Repost0
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 19:11

Voici, en vrac et dans le désordre les petites choses qui semblent sans importante sur le moment mais qui finissent par avoir une explication.

PLUS TARD

.

Les ressentis de la fin de ma vie de jeune fille. (et oui, c'est le mot à utiliser du moment que le mariage n'est pas validé)

.

Agen, toujours.

1/ Le canal :

Afin de traverser le canal, un pont en pierre réservé aux piétons. Un sol en bitume, un rebord plein, à au moins un mètre dix de hauteur, en béton. Et dessous coule l'eau du canal.

Et sur l'eau des canards.

Et moi, debout sur le rebord de béton, je marchais droit devant en regardant les canards plus bas et je faisais semblant de tituber.

Kaalloo, me tenait fermement par la main, la peur de me voir tomber dans le dit canal. Alors, pour la rigolade, je racontais que mes amis les canards m'aideraient et que je voulais voir les canards, les canards, les canards. Il y a eu une crise de fou-rire. Depuis ce jour, dès qu'une situation quelque peu embarrassante se présentait et qu'il fallait dérider tout cela je sortais le mot magique "canard".

.

Nous marchions sur ce pont, lui au sol, moi sur la margelle, en fredonnant les premières chansons de Cabrel ainsi que celles de Françoise Hardi. Je chantais avec d'autant plus d'ardeur, que c'était sa chanteuse française préférée. (mon premier cadeau, a, de ce fait, été une cassette audio de cette femme). Puis vint s'ajouter une toute nouvelle chanteuse. Frêle, fragile, la voix fine, belle, délicate, sexy, osée, rousse, les cheveux raides, le regard triste, la mélancolie sur la bouche, les épaules blanches, l'envie de la soutenir et, pour un mec, l'envie de la protéger avec le plus si affinité. Un être d'aspect malléable, modifiable. Un femme comme il les aimait Lui.

Bref, tout mon opposé : Mylène Farmer. Mais pourquoi moi alors ? C'était l'Amour pensais-je. Mouais ....

mylène F 1

.

2/ Crise du logement :

Un coin de moquette chez une copine, et nos premiers ébats amoureux entre filasses et acariens.

La traversée d'Agen, à pieds, pour cause de non permis de conduire. Et les achats de tournedos de cheval (ma viande préférée) et d'un gros pain rond cuit au four à bois traditionnel alimenté par des sarments de vigne.

La colère de Kaalloo, parce que ma copine-logeuse avait, avec mon accord, fini les tournedos et le pain que Lui avait payé.

3/ Les attentions :

Les premières roses qu'il m'avait acheté, rouges, dont j'avais séché les pétales, conservées précieusement pendant 21 ans.

Les lettres d'amour et les poèmes qu'il me laissait, discrètement posés sur mon oreiller qui sont devenus ensuite de simples mots de la vie quotidienne au dos du papier d'emballage du pain et que j'ai conservés, précieusement, pendant 21 ans.

La petite robe que j'avais acheté, pour lui être belle.

Ses apparitions miraculeuses, alors qu'il était sensé être en manoeuvres, dans mon dos, dès que je sortais avec un autre, en copain et qui du coup s'effaçait devant la prise autoritaire de ma main.

Les premiers cours de conduite car il fallait que je l'ai ce permis pour transporter nos affaires dans la ville de sa prochaine affectation.

.

Que du plaisir ! Mais je m'en fichais, j'étais jeune, gaillarde et Amoureuse....

 

 

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0