Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 20:27

Dans ma série "pour vous faire plaisir"
Ecoutez et lisez en même temps.
Juliette, ma bien-aimée, toujours en osmose avec ma vie.
.
Juliette, artiste atypique s'il en est que je souhaite vous faire découvrir.
Tout au long de mes pages, elle interviendra.
En effet, sa vie, sa musique, collent parfaitement au monstre de Kinia.
.
Ce vendredi soir, je suis un peu fatiguée et je me sens l'esprit flegmatique.
.
Alors pour vous et bon week-end.
(une petite pensée à ceux qui travaillent ces jours là) 

 


Juliette
La paresse

Paroles et Musique: Bernard Joyet   2002  "Le festin de Juliette"

Je dédie cette aubade en forme de berceuse
Aux ramiers, aux oisifs, aux clampins, aux cossards
Aux rêveurs, aux passifs, aux lambins, aux ronfleuses
Aux testeurs de hamacs, aux cancres, aux flemmards
Aux poilus de la main fatigués de naissance
Aux planeurs, à la sieste, aux repos du guerrier
Aux lève-tard, aux couche-tôt, au monde du silence
Aux membres inactifs, à la mouche tsé-tsé

Adepte du berceau dès ma plus tendre enfance
J'aimais passionnément la Belle au Bois Dormant
Et encore aujourd'hui j'ai le coeur qui balance
Entre Marie Tudor et les rois fainéants
Mais qui donc le premier a inventé la bulle ?
Mais qui donc l'a coincée, le Diable ou le Bon Dieu ?
Qui prétend de concile en conciliabule
Que l'éternel repos est l'avenir du pieux ?


Je voudrais devenir député ou ministre
Il paraît qu'à la Chambre, on baille à qui mieux-mieux !
Les débats sont rasants, les discours sont sinistres
Et c'est dans ces métiers que l'on vit le plus vieux
A moins que mes refrains ne mènent à la gloire
Ce serait le summum et je serais ravie
D'être le Roi Sommeil mais je n'ose pas croire
Que je pourrais un jour détrôner Moustaki

Lorsque j'ai composé cet air soporifique
J'ai pris le plus grand soin et le plus grand plaisir
A coucher doucement sur le papier musique
Une pause parfois et souvent des soupirs

Pour finir ma chanson voilà que j'ai la flemme
Par malheur mes amis si vous ne dormez pas
Si le coeur vous en dit achevez-la vous-même
Sans faire trop de bruit en fredonnant tout bas :

Moins fort ! Encore moins fort...
Partager cet article
Repost0
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 18:29
Maintenant que je sais mettre une vidéo :
dites moi ce que vous en pensez
Un petit moment de joie
Un petit moment d'humour.
Un petit peu de baume au coeur.
Un petit souvenir,  un petit sourire  
Un petit clin d'oeil pour Doc Sangsue et Arachnée
Depuis que je suis sur la terre [militaire],
C’ n’est pas rigolo. Entre nous.
Je suis d’une santé précaire,
Et je m’ fais un mauvais sang fou,
J’ai beau vouloir me remonter
Je souffre de tous les côtés.
J’ai la rate Qui s’ dilate
J’ai le foie Qu’est pas droit
J’ai le ventre Qui se rentre
J’ai l’ pylore Qui s’ colore
J’ai l’ gésier [gosier] Anémié
L’estomac Bien trop bas
Et les côtes Bien trop hautes
J’ai les hanches Qui s’ démanchent
L’épigastre Qui s’encastre
L’abdomen Qui s’ démène
J’ai l’ thorax Qui s’ désaxe
La poitrine Qui s’ débine
Les épaules Qui se frôlent
J’ai les reins Bien trop fins
Les boyaux Bien trop gros
J’ai l’ sternum Qui s’ dégomme
Et l’ sacrum C’est tout comme
J’ai l’ nombril Tout en vrille
Et l’ coccyx Qui s’ dévisse.

[Refrain] :
Ah ! Bon Dieu ! Qu’ c’est embêtant
D’être toujours patraque,
Ah ! Bon Dieu ! Qu’ c’ est embêtant
Je n’ suis pas bien portant.
Pour tâcher d’ guérir au plus vite,
Un matin tout dernièrement
Je suis allé à la visite  [rendre visite]
Voir le major du régiment. [à un méd’cin très épatant]
D’où souffrez-vous ? Qu’il m’a demandé.
C’est bien simpl’ que j’y ai répliqué.
J’ai la rate Qui s’ dilate
J’ai le foie Qu’est pas droit
Et puis j’ai ajouté 
Voyez-vous C’ n’est pas tout
J’ai les g’noux Qui sont mous
J’ai l’ fémur Qu’est trop dur
J’ai les cuisses Qui s’ raidissent
Les guiboles Qui flageolent
J’ai les ch’ villes Qui s’ tortillent
Les rotules Qui ondulent
Les tibias Raplapla
Les mollets Trop épais
Les orteils Pas pareils
J’ai le cœur En largeur
Les poumons Tout en long
L’occiput Qui chahute
J’ai les coudes Qui s’ dessoudent
J’ai les seins Sous l’ bassin
Qu’est pas sain.
[Refrain]

 

Avec un’ charmant’ demoiselle
Je devais m’ marier par amour.
Mais un soir comm’ j’étais près d’elle,
En train de lui faire la cour,
Me voyant troublé, ell’ me dit :
Qu’avez vous ? Moi j’ lui répondis :
J’ai la rate Qui s’ dilate
J’ai le foie Qu’est pas droit
J’ai le ventre Qui se rentre
J’ai l’ pylore Qui s’ colore
J’ai l’ gésier [gosier] Anémié
L’estomac Bien trop bas
Et les côtes Bien trop hautes
J’ai les hanches Qui s’ démanchent
L’épigastre Qui s’encastre
L’abdomen Qui s’ démène
J’ai l’ thorax Qui s’ désaxe
La poitrine Qui s’ débine
Les épaules Qui se frôlent
J’ai les reins Bien trop fins
Les boyaux Bien trop gros
J’ai l’ sternum Qui s’ dégomme
Et l’ sacrum C’est tout comme
J’ai l’ nombril Tout en vrille
Et l’ coccyx Qui s’ dévisse
Et puis j’ai ajouté
Voyez-vous C ‘ n’est pas tout
J’ai les g’noux Qui sont mous
J’ai l’ fémur Qu’est trop dur
J’ai les cuisses Qui s’ raidissent
Les guiboles Qui flageolent
J’ai les ch’villes Qui s’ tortillent
Les rotules Qui ondulent
Les tibias Raplapla
Les mollets Trop épais
Les orteils Pas pareils
J’ai le cœur En largeur
Les poumons Tout en long
L’occiput Qui chahute
J’ai les coudes Qui s’ dessoudent
J’ai les seins Sous l’ bassin
Qu’est pas sain 
En plus d’ ça J’ vous cach’ pas
J’ai aussi Quel souci !
La luette Trop fluette
L’œsophage Qui surnage
Les gencives Qui dérivent
J’ai l’ palais Qu’est pas laid
Mais les dents C’est navrant
J’ai les p’ tites Qui s’irritent
Et les grosses Qui s’ déchaussent
Les canines S’ ratatinent
Les molaire S’ font la paire
Dans les yeux C’est pas mieux
J’ai le droit Qu’est pas droit
Et le gauche Qu’est bien moche
J’ai les cils Qui s’ défilent
Les sourcils Qui s’épilent
J’ai l’ menton Qu’est trop long
Les artères Trop pépères
J’ai le nez Tout bouché
L’ trou du cou Qui s’ découd
Et du coup Voyez-vous
J’ suis gêné Pour parler
C’est vexant Car maint’nant
J’ suis forcé D’ m’arrêter.
 [Refrain]

 

Partager cet article
Repost0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 15:10
Je me place à la journée d'hier le lundi 08 mars 2010.

Cela fait 24 heures que nous sommes en vigilance orange pour cause de risque de chute de neige, 
.
Cela fait des années que je dis qu'il faut  toujours avoir une couverture efficace, une bouteille d'eau et un paquet de gâteaux dans sa voiture,
Cela fait des années que je dis qu'il ne faut pas partir (si risque d'intempéries) sans le plein de son réservoir afin d'avoir du chauffage dans sa voiture en cas d'immobilisation intempestive dans la campagne ou pas en attendant les secours, 
.
Cela fait des années que je prends soin et que je stimule les autres à prendre le soin d'avoir de bons pneumatiques pour l'hiver.
.
Cela fait des années que je dis de rester chez soi lorsque les risques sont trop grands ou que la foudre se précise surtout en été,
.
Et voilà,
.
J'ai donné mes diverses couvertures aux pompiers lors de mes interventions sur des accidents de la route afin que les blessés n'aient pas froid,
.
Je n'ai pas pu, faire changer les pneumatiques comme prévus car le jour programmé de repos pour le faire s'est transformé en jour de travail au pied levé,
.
Je n'ai pas mis de paquet de gâteaux dans ma voiture car je n'en achète plus pour cause de régime médical à suivre et donc ne pas me sentir tentée, 
.
Et voilà,
.
Alerte à la neige, vigilance orange des services de Météo-France, mes amis internautes me préviennent qu'ils sont dans la mouise à cause de la neige et que cela viens chez moi, dans le sud...,
.
Et voilà que je sors tout de même. Pneus lisses, pas de gâteaux et pas de couverture. Et pour la frime, petites chaussures et imperméable ou lieu de la doudoune,
Heureusement je fais le plein de gasoil,
.
La neige tombe, tombe et tombe encore, s'accroche partout. La personne qui me rejoint est en retard pour cause de circulation difficile.
.
Nous discutons tout de même autour d'un café, et tombe la neige,
.
Je pars à 18 h 45, tout va bien, le sol est juste mouillé. Je décide de prendre l'autoroute car, elle sera dégagée dans le pire des cas et la route entre ma sortie et mon domicile est toujours dégagée car ligne SNCF,
.
Au niveau de la sortie de Noé : ouille, la neige au sol, nous fait rouler à 40 km/h voire à l'arrêt sur cette autoroute,
.
Sortie Capens-Saint-Sulpice-sur-Lèze, la bretelle est couverte de blanc. Traversée de Capens comme on peut et un kilomètre plus tard : arrêt total.
.
Dans la côte, sévère il est vrai, un accident avec 2 voitures impliquées dont une dans le champ en contre-bas, un poids lourd stoppé en plein milieu car il a évité le choc mais patine et ne peut plus ni avancer ni reculer. Il est 19 h 15,
.
Et les autres derrière, dont moi, bloqués car la route n'a jamais été salée et n'était pas en projet de l'être. Me voici bloquée, comme tout le monde, le froid (pas de couverture, petites chaussures et petit imperméable), la nuit et la peur de ne pas pouvoir repartir sans patiner avec ces pneus lisses, la faim qui poindre et l'envie d'uriner car le café c'est diurétique. Je préviens mes enfants de ma situation et leur demande de ne pas m'attendre pour manger,
.
Je me mets à faire des Sudoku pour patienter tandis qu'un livreur de Bretagne ne décolère pas car il transporte des animaux vivants, des canards,
.
Arrivée de la gendarmerie qui fait venir mon garagiste pour enlever les voitures ainsi que la DDE forcée de constater l'ampleur des dégâts et appelle la saleuse, un 4X4 de la DDE remorque la voiture de gendarmerie qui ne pouvait plus bouger elle non plus,
.
La saleuse arrive à 21 h et je tente, avec les autres de partir mais cela patine tout de même, le stress était tellement fort à l'idée de finir dans le bas coté en tenue de printemps que mes jambes dansent sur les pédales et que malgré toute ma concentration et auto-persuasion, je n'arrive pas à les contrôler,
.
J'arrive chez moi en première depuis le début à 21 h 15. Ouf entière et pas cabossée et ma fille avait préparé le repas...
MAIS FAUT-IL ETRE STUPIDE !!! 
Partager cet article
Repost0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 09:25
Trouver du travail, trouver mon premier poste d'infirmière diplômée.
.infirmiere-decoree.jpg
Il faut rappeler que dans les années 88, les infirmières étaient cataloguées de la façon suivante : 
1/ le gratin = celles qui sont embauchées auprès des hôpitaux et de leur magnifique statut de FONCTIONNAIRE,
2/ les autres = celles qui ne trouvaient, faute d'être du gratin, une place que dans le privé,
3/ les quoi ? = celles qui osaient travailler en libéral, en quoi ? oui le truc, soins à domicile parce que incapables de faire du bon travail de soins,
4/ les irréductibles, les "intouchables" = celles qui disparaissaient de la société car osaient travailler dans des milieux oubliés de tous (social, milieu carcéral, missions...)
.
J'avais déposé ma candidature auprès de l'hôpital de Mont-de-Marsan et de la clinique des Landes aussi à Mont-de-Marsan.
L'hôpital, à cette époque se targuait de n'embaucher QUE le gratin des infirmières. Donc ma candidature n'a pas été retenue.
La clinique, donc le privé, avait retenu ma candidature pour les remplacements d'été.
Dans ces années 88, les jeunes diplômées débarquaient en juin et donc assumaient les congés annuels des autres puis étaient en général remerciées en septembre. Mais bon, cela procurait une première expérience.
.
Les places étaient chères et la concurrence acharnée. Ceci permettait aux employeur de ne payer les soignants bien chers et de leur tenir le couperet du renvoi en permanence au-dessus de la tête.
.
La veille d'embaucher auprès de la clinique des Landes, celle-ci me téléphona pour annuler le contrat avant même qu'il ne soit commencé. (NB : les contrats, lorsqu'ils existaient, n'étaient souvent signés que plusieurs jours APRES la période de travail). Une de mes collègue d'école, une blondasse, m'avait été préférée au dernier moment.
sudouest.jpgTrouver du travail, alors que les résultats du diplôme n'étaient pas encore parvenus.
Je pris donc les pages emploi du "Sud-ouest", journal régional, et je trouvais une annonce pour une clinique sur Agen.
Bingo ! Mon grand-père me conduisit donc jusqu'à Agen et attendit la réponse.
Bon, je fus embauchée en service de soins intensifs cardiologie pour 2 mois (juillet et août 1988), et la responsable ne tendit un journal d'annonces locales avec une offre de logement entourée. Elle me proposât même une avance sur salaire afin de réserver la location.
.
Donc, j'avais du travail et un logement (une chambre chez un particulier) pour les deux mois d'été. 
Mais je n'avais toujours pas les résultats du diplôme.
Il était donc convenu que je travaillerais comme infirmière mais que je serais payée comme telle si j'obtenais mon diplôme ou bien comme aide-soignante dans le cas contraire.
Bref, j'endossais toutes les responsabilités sans être sûre de la rémunération. Mais que dire à cette époque où les infirmières n'avaient pas le choix.
Un planning simple : un mois de nuit et un mois de jour mélangé à des nuits, le tout en série de 12 heures. Super.
Rappelons-nous que en 1988 nous étions encore aux 40 heures par semaines...
.
agen-4.jpgJe restais donc à Agen et commençais à me poser un peu lorsque la clinique des Landes appela mon grand-père afin que je prenne le poste prévu au départ, ma collègue les ayant planté le jour J.
Trop tard, je m'étais engagée auprès de cette clinique à Agen. Cela leur apprendra à choisir une blonde.
.
Ce respect de mes engagements, je l'ai toujours eu, j'ai été élevée comme cela. 
Bon sang, faut-il être stupide ! 
Je le paierais plus tard, cela plusieurs fois et cela continuera. 
.
Le seul "avantage" de cette situation était que j'allais rencontrer Kaalloo et ma vie allait basculer. 
Définitivement. 
Le germe du monstre commençait sa maturation...
Partager cet article
Repost0
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 15:36
carte-identite.jpg1/ Petit rappel législatif :
Le nom de jeune-fille est inscrit dans la constitution.
On naît avec le nom de ses parents et c'est comme cela c'est dans la constitution : il s'agit dunom patronymique.
Mais la constitution dit aussi que la femme n'est pas obligée d'épouser le nom de son mari. C'est une possibilité mais pas une obligation, il s'agit alors du nom d'usage :
"Le mariage n'entraîne aucune obligation, pour la femme, de faire changer son nom sur ses carte d'identité, passeport, permis de conduire, etc. Le mariage est sans effet sur le nom des époux qui continuent d'avoir pour seul patronyme officiel celui qui résulte de leur acte de naissance. Toutefois chacun des époux peut utiliser dans la vie courante le nom de son conjoint en l'ajoutant à son propre nom ou même pour la femme en le substituant au sien. La femme mariée ou veuve peur donc ajouter à son nom patronymique celui de son mari, comme l'homme marié ou veuf peut ajouter celui de son épouse" (source : Le Juridique* mise à jour 2009)
Le nom de jeune fille est et reste le nom de la femme, son nom patronymique.
Ceci est réel au point que lorsqu'il y a obtention d'un diplôme après le mariage ce dernier est édité au nom de jeune fille. 
.liberte1.jpg
2/ Ce qui m'est arrivé de scandaleux : NB : Mon mari n'habite plus au domicile depuis le mois de mai dernier, je suis donc séparée, passée en conciliation devant le juge et je serais divorcée lorsque la liquidation des biens sera effective.
.
Histoire 1 : 
J'avais un contrat de télé-péage auprès de ASF (Autoroutes du Sud de la France) à mon nom d'épouse. Lorsque j'ai voulu changer le nom d'usage pour mon nom patronymique il m'a été demandé le certificat de divorce. Ce dernier n'étant pas prononcé je n'ai pu le fournir. Et puis de quel droit me demandaient-ils ce document ?
J'ai donc résilié mon contrat pour en ouvrir un nouveau à mon nom de jeune fille.
.
Histoire 2: A Portet sur Garonne (31)
La semaine dernière lâchage de l'ordinateur et téléviseur malade. Je me précipite chez Conforamaqui faisait une promotion intéressante. Je choisis mon matériel et je me dirige vers le service financier.
Refus de faire le crédit à mon nom de jeune fille sous le prétexte qu'il est marqué "épouse X" sur ma carte d'identité.
Il fallait la refaire ou bien accepter ce crédit à mon nom d'usage.
Va pour le nom d'usage tant pis,  en espérant que mon mari ne soit pas informé de l'utilisation de son nom pour un crédit qui ne le concerne pas.
Je donne tous les renseignements d'état civil et de salaire  demandés puis le coup de massue :
Prénom du mari, profession, employeur et salaires. 
Je refuse d'impliquer mon mari dans cette affaire. Et, de toutes façons, je ne connais pas son employeur et encore moins ses revenus.
Elle, la dame du service financier : "Madame c'est cela ou rien."  
Moi : "Mais je ne le sais pas." 
Elle : "On va le mettre chômeur depuis le 20 janvier 2010". 
Je me suis mise à crier : "C'est un faux ! Et en plus avec une telle mention je ne passerais pas !". 
Elle continuant de pianoter sur son ordi :"Madame je fais ce que je peux pour vous aider ! Vous voyez vous passez"
Moi :"Mais vous rendez-vous compte de la situation dans laquelle vous ne mettez ? Mais c'est la carte "XYZ". En plus nous l'avons déjà utilisé il y a quelques années, et à son nom. Si il apprend que je fais un crédit à son nom, il va me massacrer !"
Elle :"Si vous me faites une carte bleue de 800 euros je ne vous pose pas de questions" 
Moi :"si je les avais je ne demanderais pas un crédit !" 
Elle :"Signez-là !"
J'hésite et je refuse. Je tremble de la tête aux pieds à l'idée de devoir affronter à nouveau mon mari. Je suis en nage et j'ai l'impression hurler un bafouilli immonde.
Elle :"Signez là !" NON et NON. Elle décroche alors son téléphone afin d'annuler ma commande pensant me faire changer d'avis.
Je sorts du magasin dans un état de rage indescriptible et je fonce 25 mètres plus loin chezDarty.
Je demande d'emblée les conditions de crédit avant même de choisir mes articles. Pas de problèmes d'aucune sorte. Il a juste fallut que je fournisse une seconde pièce d'identité (mon livret de famille qui n'a même pas été consulté). 
.
Il est inadmissible que je ne puisse pas faire de crédit sans l'aval de mon mari en utilisant mon nom patronymique.
.
COMMENT FONT TOUTES CELLES QUI QUITTENT LES COUPS DE LEUR EPOUX ET CHERCHENT A SE RE-INSTALLER ? 
.combattons2.jpg
Cela veut-il dire que la femme est toujours dépendante de son mari ?
.
CYTOYENNE OU EST TON NOM ?combattons1.jpg
.
Messieurs et dames du gouvernement faites quelque chose et vite !!!! 

 

Partager cet article
Repost0
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 16:44
J'ai eu des ratés dans mon intermède 1.
Donc je corrige.
.
MINIJUPE
image initiale 
attention-2.jpg
image de complément suite coms
eros-7-copie-1.jpg 
.
FRANCIS
pour l'humour et l'accroche quelque fois acide mais appréciée
Taz-1.jpg
.
tazz-2.jpg 
.
LAURENT
petit complément pour le rire
 e-funes-1.jpg
petit complément pour le plaisir 
gendarme-2-copie-1.jpg 
.
KINDGAY 
ma vision de toi
house 2 

pour me faire pardonner de l'oubli
mec-6-copie-1.jpg 
.
Si j'en ai encore oublié, faites-le moi savoir. 
Partager cet article
Repost0
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 19:07
Tunis-militaire.jpgDans le fond du bus, un homme en uniforme.
Uniforme kaki flanqué de diverses pucelles et insignes de compagnie. Un béret noir sur la tête incliné du même côté qu'en France avec une autre pucelle sur le déplié.
Je le regardais droit dans les yeux et je lui fis un grand sourire. Lui, stoïque m'envisagea sur la défensive avec l'expression "pas de vague" passée devant ses yeux puis rapidement une autre expression "que me veut-elle cette étrangère ?"
Je me levais et me dirigeais directement à sa rencontre. Il est à noter qu'il était possible de se déplacer dans le bus et de s'assoir comme bon nous semblait. 
Moi : "Bonjour Monsieur. Parlez-vous français ?"
Lui : "Bonjour madame, Oui je parle français. Je peux faire quelque chose pour vous ?"
Moi : "Oui, je suis en visite dans votre pays pour la première fois. Afin de bien connaître un pays et se habitants, il me semble important de connaître la signification de son drapeau. Comme vous êtes militaire, j'ai pensé que vous pourriez m'aider à ce sujet. C'est pour cela que je me suis permise de vous aborder."
tunisie-2-copie-1.jpgLa conversation s'engagea alors posément mais clairement. 
Tous nos voisins du bus qui avaient tendu l'oreille depuis le début se réinstallèrent dans leurs siège tout en continuant l'écoute.
Mes collègues, assommées par mon culot, ne tardèrent pas à venir s'assoir auprès de nous deux afin de bénéficier de la conversation.
Le militaire me livra toutes les informations que je demandais car il était heureux d'avoir enfin rencontré des touristes intéressées par le pays et les coutumes plutôt que par l'unique vue de la plage ou des épices du souk.
Donc, la signification du drapeau tunisien est la suivante :
- couleur rouge pour le sang versé par les partisans de la libération du pays,
- croissant de lune pour la religion d'état qu'est l'Islam,
- l'étoile à cinq branches pour les 5 piliers de l'Islam qui sont la profession de foi, la prière, la zakat (don aux pauvres), le jeûne du mois de Ramadan et le pèlerinage à la Mecque une fois dans la vie pour ceux qui en ont les moyens.
Puis, sans me vexer, il me raconta la libération du pays de la présence française.
L'intérêt émanant de chacune des deux parties conduisit ce militaire à nous proposer de s'installer avec lui à la terrasse d'un café afin de boire le thé et ainsi continuer notre discussion. (rien ne se passe sans le thé)
Après un temps d'hésitation, nous acceptèrent puisqu'il s'agissait d'une terrasse et que le militaire lui-même ne souhaitait pas être vus en intérieur avec des étrangères. L'exposition en extérieur, à la vue de tous, est un gage d'amitié et de transparence dans les comportements.
Deux heures plus tard, il nous invita au mariage de sa cousine qui avait lieu le lendemain et ce pour trois jours.
tunis-miriage.jpg"Vous serez mes invitées d'honneur, rien ne vous arrivera, c'est un engagement d'âme et de respect".
J'ai dû refuser, aimablement mais certainement car l'avion pour le retour décollait le lendemain à midi.
Jamais je n'ai autant regretté de ne pas avoir eu 500 francs sur moi. En effet, l'hôtel nous avait proposé une prolongation d'une semaine, tout compris pour cette modique somme. Mais pour une étudiante comme moi, ces 500 francs c'était cher. Et ensuite il aurait fallut renter par mes propres moyens depuis Toulouse jusqu'à Mont-de-Marsan.
Ce samedi, l'avion départ Tunis, arrivée Toulouse puis le bus de Toulouse à Mont-de-Marsan.
Je me fis déposer au passage au bout du chemin de Maurrin (en amont de Mont-de-Marsan), à 4 heures du matin.
Un petit coucou et adieu de la main à l'ensemble de mes collègues élèves infirmières endormies dans le bus et point final.
Je ne les revis plus hormis Patricia. 
ATTENTION : MESSAGE IMPORTANT ADRESSE A MES LECTEURS !!!
Ce voyage marque la fin de Kinia.
A partir de maintenant vous allez vivre
.
LA GERMINATION ET LA NAISSANCE DU MONSTRE KINIA.
pendant ce temps là Kaalloo faisait ses classes à Agen et, abandonné par Lolo, parcourait la ville à la recherche de l'âme soeur,
de moi donc.
Partager cet article
Repost0
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 20:48
J'ai envie de m'amuser :
Je vous offre une image chacun (images prélevées sur la toile) 
J'espère que je n'oublierais personne. 
Si c'est le cas, dites-le moi et je vous en attribuerais une de suite.
Bonne lecture 
Si l'image ne vous convient pas, faites-le savoir...
JM
canard-2.jpg
Minijupe
 attention-2-copie-1.jpg
Dom
oiseau-4.jpg
Arachnée
ecole-4.jpg
Bout'fil 
amour-mere-enfant.jpg
Laurent
gendarme-2.jpg
@lex
bonheur.jpg
Bastoche
boite-a-outils.jpg
Nettoue
elfe-1.jpg
Mlaféeclochette
eros-6.jpg
Hombi
fantome-3.jpg
Docteur Sangsue (il comprendra)
hommenage-3.jpg
Basséedom
piaf 3
Norbert
relax-2.jpg
Le Pierrot
lutin-1.jpg
Patriarch
freres-jacques-2.jpg
Chriss
antoine-1.jpg
Mimi
harpe2.jpg
Nat
fee-1.jpg
Mamikéké
gabin-3.jpg
Krystele
grenouille1.jpg
Marie-Thé
 pegase-1.jpg
Maintenant : A votre tour de faire un encadré de vos lecteurs.
 
Partager cet article
Repost0
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 18:17

A mon tour d’appliquer  l’exercice de tag sur le thème :
Seule sur la terre quels sont les 7 objets que vous emporteriez avec vous.
Sur la plage abandonnée,
Coquillages et crustacés…
Car, bien sûr, je serais seule sur une plage avec du soleil.
Si je devais être abandonnée au milieu d’un désert de glace, je n’aurais rien à emporter dans la mesure où mon temps de survie serait de 2 heures et encore…
Donc voici les 7 objets que je prendrais avec moi.

Attention, je fais un tableau car deux solutions sont possibles :
La première est celle représentant mon côté « les pieds sur terre » et réglementaire,
La seconde est celle représentant mon côté « un peu dingue et joie de vivre ».
L’une ne va pas sans l’autre.

Soyons sérieux

Soyons fous

1

Mon opinel avec sa pierre à poncer :

Indispensable pour toute action de survie : couper, trancher, tuer.

Mes animaux : oui je sais je suis censée être seule mais il est hors de question de les abandonner et en plus je ne peux pas emmener mes enfants. Na !

Et puis ils ne parlent pas.

2

Un dessaleur d’eau de mer.

Et oui rien ne dit que l’on va m’abandonner sur une île ayant de l’eau potable.

Jean Réno : oui je sais je sois être seule mais il s’agit d’un fantasme.

3

Un ensemble de câblages, cordages et ficelles : pour attraper du gibier et se protéger.

Les BD de Gotlib : l’intégrale car c’est trop drôle

4

Un marteau et une vrille

Les meilleurs éléments du bricolage à la « Miss Système D » que je suis.

Un ensemble de cahiers et crayons pour continuer de parler à l’écrit à défaut de le faire à l’oral comme cela vous aurez encore de mes nouvelles post….

5

Une trousse de secours médicale affublée de mes médicaments pour 1 an.

Mon trombone et  mes partitions : je pense que je risque d’avoir du temps afin de peaufiner ma dextérité.

6

Une trousse de toilette avec une brosse à cheveux car vu ma nature capillaire, il ne faut pas oublier de les brosser.

Un stock de préservatifs : il y aura bien quelque chose à en faire….

7

Un étui d’identité à mettre au cou afin de m’identifier plus tard.

Du maquillage car il faudra bien cela : afin que les secours ne fassent pas semblant de ne pas me voir. 

Partager cet article
Repost0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 20:42
Une semaine en Tunisie.
Mon premier voyage hors de France (à l'exception d'un voyage de classe d'une journée sur le lac de Genève, coucous suisses et chocolats).
.
Durant toute la troisième année d'école d'infirmière, nous avions organisé un ensemble de soirées infirmières en boite de nuit et de vente de gâteaux afin de nous payer notre voyage de fin d'études. Nous visions la Tunisie et nous y sommes parties une semaine pour 500 francs chacune.
avion-2.jpg
Ce fut mon premier voyage en avion, durant lequel j'avais demandé à visiter la cabine de pilotage et à me faire expliquer un grand nombre des boutons et cadrans incrustés dans si peu de place. 
.avion-3.jpg
Arrivées sur place, Odile et moi ne tenions pas à rester comme les touristes de base à ne profiter que de la piscine de l'hôtel et des ateliers des GO. Nous avions tout de même bénéficié des danses traditionnelles au sein de l'hôtel ainsi que de la séance au hammam.
.tunisie-3.jpg   
Nous partîmes à la découverte de Kairouan par nos propres moyens. C'est ainsi que nous avions pris la SNCFT (Société Nationale des Chemins de Fer Tunisien). Puis le bus.
.
tunisie 1Visite de la Grande Mosquée, discrètement, en respectant ce papi en prière dans la grande salle (dans laquelle nous n'avions pas mis les pieds car femmes). Puis, nous nous sommes installées au pied de la stèle en hommage aux français et pour la première fois de ma vie j'ai réussi à "écouter le silence". Pause massacrée par l'arrivée d'un troupeau de français et de belges, tellement discrets avec leur bière à la main, que le papi et nous avions été obligés de partir.
.
tunisie 7Visite du souk et repas pris dans un petit café de ce souk. Le patron avait viré les joueurs de domino pour nous installer. Une grande feuille de papier journal en guise de nappe et un verre central. Omelette et frites, ou eoufs au plat et frites, ou oeufs quelconques mais avec frites. Un vrai festin je recommence demain avec plaisir.
.
Un jeune nous avait invité à venir boire l'eau du chameau. Pourquoi pas. Il faut cependant se souvenir que, à cette époque la traite des blanches battait son plein et surtout envers les filles comme ma copine Odile, blonde de naissance. Ma valeur était de 3 chameaux et 2 chèvres.
Pour une fois que mon tour de hanches plaisait !!!!
.
Donc, nous montions dans cet escalier étroit dont nous ne voyions pas le haut, afin d'aller boire l'eau du chameau. Parvenues au bout de l'escalier, une petite cour avec en son centre une noria animée par un dromadaire (une bosse).
noria.jpgL'histoire veut que cette eau soit issue directement de La Mecque et que quiconque en boirait reviendrait en Tunisie au moins une fois dans sa vie. J'ai donc bu, en espérant passer au travers de la tourista. 
.
Retour en bus, un bus comme lorsque j'étais petite avec les 5 places au fond. Sur la place centrale, un homme en uniforme. 
.
La suite prochainement sinon page trop longue ;-)
avion-1.jpg  L'avion de mes rêves.....
Partager cet article
Repost0