Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 19:41

J - 2 :

Trois vidéos afin que chacun y trouve ses affinités.

Et de une :

.....................................

 

Et de deux

.................................................

 

 Et de trois :

Mais je ne veux pas que l'on espère que je sois capable d'apppliquer la première des bonnes résolutions de la nouvelle année vue dans ces images.

Aucun espoir à ce sujet ! Vu ?

.....................................

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 10:00

Comme chaque année, je me fais moi-même mon vaccin anti-grippal. Je me suis donc piquée en octobre.

Mais se vacciner contre la grippe n'êmpèche pas de tomber malade (angine, otites.... et tous les maux de l'hiver) ni de faire la grippe. Mais cette vaccination évite de se faire une grippe "cognée" ou de finir entre 4 planches.

.

Ce jour, je sors de 4 jours d'enfer.

.

La semaine dernière, la gorge enraillée, le corps tantôt gelé, tantôt en ébullition, je me soigne tranquillement. Une écharpe en peau de lapin m'aide beaucoup.

Je vais au travail, en qualité d'enseignante avec ma peau de lapin autour du cou, au grand désespoir de mes élèves. C'est là que l'on voit le grand travail de Brigite Bardot sur le cas des fourrures... et même en expliquant à ces ados que le lapin a été tué pour le manger... porter sa peau est inadmissible. Et pourtant c'est du recyclage plutôt que de mettre les peaux à la poubelle.

.

Puis je vais au travail cette fois en qualité d'infirmière. Toujours avec ma peau de lapin autour du cou. Ce n'est pas permis normalement mais c'était cela ou pas d'infirmière... le patron ne dit rien, trop ennuyé à l'idée de ne pas avoir d'infirmière à bord.

Rappelons que c'est ce même patron qui m'a connu aller au travail sortie des urgences lors de mon allergie massive...

.

Mercredi : plus rien ne va. 3ème nuit sans dormir ou presque, le feu dans la gorge, les oreilles et cette impression constante d'état de dépressurisation sur mes tympans. Et la toux à vous arracher la gorge dans son entier. Tantôt gelée, tantôt en ébullition avec grosses sueurs (rien à voir avec la ménopause, je tiens à le préciser... je suis encore trop jeune. Si je le dis...). Les jambes flageollantes, les idées embrumées ainsi que la vue au volant.

Je me décide donc à aller chez le toubib.

.

Le verdict tombe : double otite couplée à une angine blanche et hypertension. Super !

Le médecin veut me mettre en arrêt maladie mais je refuse. Le lendemain, jeudi 15 décembre, j'ai deux intérros à faire malgré journée de grêve dans l'enseignement.

.

J'assume, tel un zombi, non tel un troupeau de zombis, les quelques cours et interros. Mais ce sont les élèves qui ne se sont pas déplacés. Afin de valoriser les quelques ados présents : l'interro s'est transformé en corrigé de l'interro en groupe avec notation du groupe : 14/20. Les autres... tant pis pour eux !

Les autres cours se sont trasnformés en questions/réponses sur la contraception. Et toc !

.

Le proviseur adjoint fini par me mettre dehors en m'intimant l'ordre de me soigner. Je repasse par la case toubib et je préviens mon autre patron de mon état et de mon arrêt de travail.

.

Vendredi 16, mon patron (d'infirmière) m'a appelé en tout 5 fois pour me persuader de venir travailler malgré tout. Mais je ne tenais plus debout. Rien à faire, il voulait que je vienne travailler. Je ne pouvais pas. J'ai eu beau lui expliquer mon étât, les risques pour les patients d'être contaminés, les risques sur la route (3/4 d'heure de trajet par la montagne noire)... rien à faire. Il me bombarda d'un cirage de pompe comme je n'en n'ai jamais eu : concsience professionnelle, étât de service etc.... et il m'avoua qu'en plus, il n'y avait personne d'autre pour assurer les soins. Donc, en plus, je me serais trouvée seule avec une nouvelle à former, et ce, un samedi matin. Bref le boulot de 2 à assumer. Mais je ne pouvais pas. Il me rappela ensuite le samedi pour me faire travailler le dimanche... et zut.... je ne pouvais pas.

.

J'ai donc été me faire arracher une dent et réceptionner mon fils à la gare le vendredi soir et je pense que c'est la voiture qui a conduit toute seule...

Mon beecare est venu chez moi tout le week-end pour me surveiller. Un loque, une épave, voilà ce que j'étais. Et en plus, grâce aux antibiotiques (Augmentin*) une débacle intestinale. Je ne pouvais ni boire ni manger et dès que je me levais, les jambes se dérobaient sous moi.

Un super week-end !

.

Mon patron m'a appelé hier pour "prendre de mes nouvelles" mais surtout afin d'être sûr de ma présence au boulot demain.

Je vais mieux, mais il y a encore des restes et surtout la fatigue, la déshydratation et mes 17 de tension qui vont avec.

 .

JE VIENS DE VOUS TROUVER LA VIDEO EN PARFAIT RACCORD AVEC LE THEME

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 19:06

En me mariant je suis passée d'un nom banal d'origine espagnole à un nom terriblement banal français. Et en plus mon mari porte un prénom très répandu.... bref, les homonymes sont légion mais... pourquoi a-t-il fallut que je tombe sur les enquiquineurs de service.

Plusieurs épisodes sur Haguenau. 1990 et suite

1/ Je venais de payer ma facture de téléphone lorsque je reçus un impayé à régler rapidement. Ne comprenant pas, j'appellais France Télécom qui ne voulais rien savoir. Malgré le numéro de la ligne je dù payer pour une autre ligne car même nom et prénom. De colère je me fis volontairement couper la ligne durant 6 mois. Et de 1 !

Nous savions nous passer de téléphone à cette époque. Les portables n'existaient pas encore pour le grand public. Les plus embétés étaient ma famille condamnés à tenter de me joindre par le biais du travail.

Mais cette mésaventure m'avait permis de connaître l'adresse de cet homonyme mauvais payeur.

.

2/ Je règlais ma facture annuelle auprès de la société de location de cassettes VHS (le CD étaient inexistants) et je m'aperçus que je l'avais déjà payé 4 mois auparavant : rebelotte c'était pour l'Autre. Et de 2 !

.

3/ Je venais de régler mon loyer du mois d'août et j'appris que j'avais un trop perçu de charges pour l'année. Donc je fus toute contente de ne payer qu'une partie de mon loyer de septembre pour mon départ en vacances. A peine rentrée de vacances bien méritées... un courrier me réclamant une gros retard de loyer. Je vérifiais et... c'était à cause de l'Autre qui était dans la même société immobilière que moi.... et de 3 ! Mais là l'affaire pû se régler tranquillement en précisant mon adresse "rue des voituriers" et non "rue des papillons"

.

4/ En décembre suivant je reçus un dernier avis avant coupure par EDF. Quoi ? En plein hiver ? Je téléphonais à EDF qui ne voulait rien savoir malgré MON paiement de MA facture 15 jours plus tôt. Je leur fis vérifier l'adresse et expliquais mon soucis d'homonymie. Rien à faire : même nom, même prénom, il faut payer. Mais vous rigolez ou quoi ? Et le numéro de compteur ? A quoi sert-il ? Rien à faire. Après menace de ma part de venir leur retourner le bureau, les choses se sont enfin réglées. Et de 4 !

.

5/ Un vendredi après-midi, une société de crédit allemande nous réclamait 30.000 Deuch Mark. Et ce dernier était à 4.8 francs... Heureusement que mon mari était bilingue allemand... il a pu expliquer que nous n'étions pas l'Autre, qui, évidement n'était pas dans le botin puisque pas de téléphone. Mais cette société ne voulait pas en rester là et les palabres durèrent bien 30 minutes. Et de 5 !

.

6/ Un dimanche matin, un de mes rares de libre... boum, boum, boum à la porte. "Gendarmerie nationale, veuillez ouvrir s'il vous plaît".

"Connaissez-vous un certain B.... P... ?" "Ô que oui mais sans jamais l'avoir rencontré. Qu'a-t-il fait cette fois-ci. De quoi allons nous devoir prouver notre innocence ?". Les gendarmes nous expliquèrent qu'ils passaient de part la procédure mais savaient bien qu'il ne s'agissait pas de la même personne. Heureusement car cette fois, l'Autre avait fait très fort :

-> il avait tabassé sa femme sous l'emprise de l'alcool pour la énième fois et s'était enfui après un casse en volant une voiture.... génial. Et de 6 !

.

Quelques années plus tard.... : nous déménageons et à peine arrivé dans un petit village de 84 habitants, un homonyme s'installa 3 mois après nous dans le village immédiatement voisin.

Au déménagement suivant : je fais faire une prise de sang prénuptiale à domicile auprès d'une jeune fille portant le même prénom que moi et devenant, de part ce mariage, mon nouvel homonyme....qui refusait de me restituer mon courrier ou même de le rendre auprès du facteur. Et de 7 !

.

Ne serait-ce pas cela la poisse qui colle pire que la glu ?

notez juste que c'est toujours moi qui ais dù me débrouiller avec les parties adverses....

.

Une petite vidéo sans rapport mais sur laquelle je suis tombée par hasard. Dites moi ce que vous en pensez.

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 09:23

Je suis enfin un peu libre pour finir mon descriptif..... ouf....

shovel.jpgVers 2 ou 3 heures du matin, direction dodo.

Une douche dans les sanitaires du terrain de foot. L'organisation avait séparé les hommes des femmes car les douches sont collectives : 1 bon point de plus. Mais surtout l'eau était chaude... un vrai délice...

Il y a bien eu, sur les coups de 5 heures, une aide-soignante (j'ai su son job en discutant avec elle plus tard), bourrée à mort qui riait tout ce qu'elle pouvait, oubliant que les autres essaient de dormir.... mais bon.

.

7 heures : debout et direction le petit déjeuner composé d'une boisson chaude au choix + un jus d'orange + pain à volonté + croissantsss + beurre et confiture. Et toujours le café à volonté.

Petit rappel : Il y avait un groupe de 3 motards, l'aspect un peu louche, un peu SDF, beaucoup même, qui m'avait, avec un support des Hells, interrogée sur le club de mon beecare et avec qui, ma foi, le contact était passé mais sans affinités particulières.

Ce dimanche matin, l'un de ce groupe demande à une organisatrice si elle avait du Doliprane pour son mal de crâne. Rien de tel de prévu auprès de l'organisation (ce qui est normal afin de ne pas avoir de soucis médico-légaux). Je lui demande : "ton mal de crâne c'est parceque tu t'es couché tard ou parce que tu as trop picolé ?" "Ben... les deux". Je lui porpose donc mon coctail miracle : un Doliprane* 1000 + un comprimé effevescent de Citrate de Bétaïne*. Un de ses amis s'inquiète de la potion mortelle que je pourrais lui administrer... Le coctail ingurgité, 10 minutes se passèrent et ce gaillard avait repris des couleurs et du peps. 30 minutes plus tard, il était frais comme un gardon. Il ne pût s'empêcher de me présenter à tout le monde comme étant SON INFIRMIERE PREFEREE, son sauveur. Et... l'air de rien ce groupe m'a surveillé de loin tout le restant de la journée. Il n'aurait pas fait bon de vouloir m'agresser... J'avais donc ma garde personnelle en plus de mon beecare. Nous partons démonter la toile de tente.

.

imagesCAY2J0B0.jpgL'animation suivante vers 10 heures : tir du camion américain. 7 équipes masculines (bikkers, pompiers, vacanciers...) et deux équipes féminines.

Evidement, j'ai participé à cette animation, et qui plus est, dans les deux équipes. Je peux vous dire qu'ébranler le camion est facile mais le tirer sur la distance... c'est une autre chanson.

Sur la vidéo, vous me verrez à ce moment là. La brune, frisée, lunettes de soleil, bustier rouge à fleurs, pantalon noir et chaussures à talons. Le caméraman m'a filmé et tout particulièrement mes chaussures. Un peu d'indulgence... la vidéo ne me met pas en valeur. Les images sont "tassées" et de ce fait, on a l'impression que je fais 20 kilos de plus..

Les deux équipes féminines ont fait le même temps au dizième de seconde près. Solidarité féminine

Départ en convoi vers le lieu de restauration pour le midi.

.

Un joli petit endroit, près de la rivière... Mais Dame Nature commençait à nous menacer de ses gros nuages... trop frais pour une baignade et puis, les gouttes commencèrent à tomber... presque plus de possibilité de s'assoir dans l'herbe non plus.

.

Pendant ce temps, sous un abri en dur, l'aligot se préparait, tout doucement. Les muscles de cette femme à brasser ces kilos de fromage surtout lorsque la recette commençait à prendre... petite entrée + saucisse/aligot + fromage + fondant au chocolat individuel du pâtissier du village + café.

La distribution fût un peu longue car les places à l'abri étaient en petit nombre.

Tout le monde s'entraidait pour les places assises dans une courtoisie que je n'avais pas rencontré depuis longtemps. Et chacun  ramassait ses affaires afin de les mettre à la poubelle. Génial !

.

Mais la pluie, devenue plus soutenue, précipita le départ de la plupart et de nous deux après discution mécanique avec un jeune harlétiste.

.

Pour ceux qui avaient décidé de rester, le soir il y avait encore un repas (en sus du prix de départ) et animation par les Rox Box pour la nuit.

.

Un de mes meilleurs week-end... m'en fiche, je m'inscris dès que possible pour l'année prochaine. Na ! Je n'ai jamais été aussi contente de laisser mes coordonnées mail afin de faire partie des premiers contactables pour 2012.

Et surtout un grand merci et un grand bravo pour le club de motard "les Ségala's Biker" et pour le comité des fêtes de La Salvetat Peyrales.

.

Notre site internet : thesegalasbikers.org
Notre Blog : http://thesegalasbikers.skyrock.com/

Toutes nos vidéos sur YOU TUBE en tapant LA SALVETAT PEYRALES



Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 15:09

14 heures ce samedi 13 août. Mon beecare, un peu échaudé du petit caractère de son shovel (notez que cette fois-ci je l'écris correctement - n'est-ce-pas Papysnipe ?), ne souhaitait pas faire la promenade prévue pour 15 heures. Balade de 120 km à travers les petites routes locales. Non, il ne voulait pas de cette promenade afin de négocier son retour à la maison le lendemain craignant de ne pas pouvoir repartir aux divers arrêts sans poussette. Du coup, il ne monte ni le petit coussin ni les repose-pieds afin que je monte derrière lui.

.

Le départ de la balade est donné à 15 heures. Un énorme ébranlement sur cette place au démarrage des 150 motos présentes. Il y en aura plus de 200 au retour. En tête de cortège une superbe Alpine Renaud, oui mais une ancienne, que je vous encourage à découvrir sur les images (www.la-salvetat-peyrales.fr/dossiers/dossiers.php?id_dossier=) et dans la fonction de voiture balai, une bétaillère, une vraie afin de ramasser la ou les motos en panne. J'attends mon beecare parti encouragé les potes dans leur départ. J'attends, j'attends et lorsque la place fut vide... elle fut vide. Disparus le beecare et son shovel.

.

Durant 3 heures je me suis retrouvée seule, abandonnée avec un autre gars un peu dans la même situation que moi. Je  bouillais, je bouillais mais je me suis promis d'attendre le fin mot de l'histoire avant de râler (ce qui est un peu nouveau pour moi... quand je vous dis que je me soigne . Je jouais un peu sur mon téléphone portable mais sans en vider la batterie puis je me suis supporté la balance du groupe Larsen. Ce qui m'a permis d'observer le violon afin de jouer du "Louise Attaque" et un acordéon. Tient donc, un accordéon pour un groupe de Rock ? Ceci avait tout de même piqué ma curiosité.

.

BD-Coyote-Mammouth__Piston-3-1-.jpgRetour des 200 motos : bilan : une moto en panne mais pas celle de mon beecare, à la grande surprise de tous. Les paris auraient dû être faits... j'aurais gagné des sous.

A la rencontre de mon chéri... le regard légèrement furibard, je lui demandais gentiment si la balade avait été bonne... Il s'est confondu en une énorme quantité d'excuses en donnant les explications. Parti pour encourager le départ de ses potes, ces derniers le poussèrent à essayer de démarrer son shovel. Et, comme le fait exprès, celui-ci démarra, sans problèmes, au kik. Et du coup, voilà mon beecare embarqué dans la sarabande sans pouvoir me prévenir de son départ. Je le pardonnais plus que lui ne se le pardonnait. Cependant, je lui signalais que sa punition sera sévère et achevée lorsque je le voudrais !!!

.

Là-dessus il était temps de monter la toile de tente, le jour baissait et les festivités alimentaires et musicales allaient commencer.

.

Un repas tout simple mais qui tient au ventre et surtout apprécié de tous ces bikers : saucisses/frites. Et toujours le café à volonté.

.

Animation par le premier groupe : "les ennuis commencent". Une scénique géniale tout simplement. Une musique léchée : j'ai acheté leur CD. Un groupe qui n'a pas hésité, pour deux chansons à faire intervenir une chanteuse d'un autre groupe mais néanmoins amis de la commune.

.

Puis enchaînement avec le groupe "Larsen". Du rock, du vrai, du tatoué et d'emblée, pas de fioriture. Du massif avec Trust et AC/DC. Des reprises superbement jouées et moi, en plus j'avais la notion de la balance en mémoire.

Une ambiance du tonnerre, tous les bikers dansaient ou presque. Presque, car, mon beecare, lui, ne danse pas. Alors l'un de nos potes de Villasavary, célibataire pour le week-end pour cause d'enfants vraiment trop petits, a décidé de danser avec moi. Il ne fallait pas me lancer... et, dans la rigolade, un frotti-frotta et je lui tombe dans les bras et je lui saute sur le dos...

NB : dans le monde biker : "on ne touche pas à la copine d'un autre, même pas en pensées". Je voyais les regards des autres motards aller du pote à mon beecare puis de mon beecare à moi. Ils se sont pensé : "ça va y avoir explication de gravure musclée". Puis, lorsqu'ils se sont aperçu que mon beecare ne voyait rien puis laissait faire, je vis le soulagement chez tout le monde. Pour ceux qui ont osé discuter avec moi... ils ont transmis aux autres que le cadre était au jeu. Ouf !

.

Une mariée, dans sa robe crème était apparue. C'était une fille du village, mariée 3 semaines plus tôt qui se faisait son petit délire dans la foule avec son tout nouveau mari et quelques copines. En effet, le concert n'était pas du tout réservé aux motards mais à l'ensemble de la population car cette réunion moto était couplé à la fête locale.

23 h 30 : arrivée de la soupe à l'oignon, durant le concert et à discrétion. Il parait qu'elle était très bonne, mais moi, je ne pouvais pas en goûter (trop grasse mais c'est ce qui en fait le goût).

.

Arrivée de l'accordéon sur l'estrade. Un morceau de rock, bien senti accompagné de cet instrument. Un accord imprévu mais superbe du genre "Renaud". Et à la fin du morceau, l'accordéoniste prend la parole et nous annonce : "ma grand'mère m'a fait promettre que, si je jouais de l'accordéon en public, je devrais faire un brise-pied". Et c'est parti....

Incroyable tous ces bikers, en muscles, en bottes, en vestes de cuir et en tatouages en train de danser ce brise-pieds. Et personne n'avait quitté la piste de danse (le sol de la place en l'occurence). A la fin de cette danse, les gens riaient de cet exploi.

Cette concert a duré jusqu'à 3 heures du matin sans arrêts.

 

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 10:15

Samedi 13 août : jour J.

Rassemblement de 4 motos et de deux voitures pour le départ depuis Villasavary (Aude - 11)

Mon beecare démarre sa moto au kik, son vieux Chovel de 1981, mais le départ prend du temps. Il arrête son engin et, une fois que tout le monde est prêt, ce dernier refuse de démarrer. On le pousse. Et nous voilà partis en convoi, dont moi dans ma C5.

.

Je suis assez bon conducteur dans une belle bagnole pour les suivre.

Un virage serré, pas de problème, deux virages serrés, pas de problème. La traversée de Revel fut plus difficile pour cause de marché mais nous survivons. Un convoi c'est un convoi. Alors, on fait en sorte, aux divers feux tricolores de ne pas coincer les derniers au dit feu. Bon... je ne me laisse pas abattre.

.

Après Revel, les motos doublent une file de véhicules mais pour moi, il me faut monter sur le terre-plain central, pas de problèmes mais...

A un feu, une longue fille de voitures et les motos les doublent par la voie directive à gauche afin de continuer tout droit. Moi... problème. Je ne peux pas me faufiller ainsi sur la gauche et me rabattre devant tout le monde. Je me retrouve seule mais je les vois au loin au bénéfice d'une montée.

.

Premier arrêt au stand nécessaire à deux des motos pour faire le plein. J'arrive, je pose ma voiture un peu de travers (mais c'est samedi...) et je mine d'être furibarde... Je me précipite sur le chef du convoi. J'entends mon beecarre lui dire ; "ça c'est pour toi, prépare toi". Je lui rappelle lourdement les règles du convoi. Et je lui fais une bise. Je lui annonce tout de même, le sourire aux lèvres, que l'on ne me perdra pas aussi facilement au bord de la route. Na ! Fallait y réfléchir avant de m'amener.

.

On repousse la moto de mon becarre et direction un petit café afin de désaltérer tout le monde, y compris la famille du chef de convoi présente dans la seconde voiture. Le gérant du café ainsi que les clients nous regardèrent d'un air bizarre. La vue des enfants les rassura un peu. Et puis, moi, il a bien fallut que je me fasse remarquer, non, distinguer en faisant la conversation aimable avec tout le monde là dedans. Durant cette pause, le chef de convoi (nommé "mon cousin" car nous avons le même nom de famille sans avoir de parenté) faisons semblant de nous disputer sur les méthodes de conduite. Il me dit :

"Avoir une moto c'est pour être libre sur la route."

.

On repousse la moto de mon becarre.

Et puis, à un rond-point, perdue la Kinia. La direction à suivre n'existait sur aucun panneau. Que faire ? Je prends la direction de Rodez mais par la nationale. La seconde voiture me suit, tout va bien. Mais, en regardant dans les rétros, cette voiture fait demi-tour. Bon je vais le faire mais pas possible avant 300 mètres. Retour au fameux rond-point et j'attends. Plus de motos ni de seconde voiture. J'attends, j'attends. Encore 10 minutes et je rentre. Personne ne m'appelle et je n'ai le numéro de personne.

.

La seconde voiture finit par me retrouver et en avant direction Rodez mais par l'autoroute gratuite mais dans un chantier interminable. J'adorre les autoroutes sur lesquelles nous roulons à 50 km/h....

.

Second arrêt au stand afin d'attendre les voitures. Ah tout de même... Nouvelle pseudo-dispute et nous repoussons la moto de mon beecare.

.

Quelques longs tortillons plus loin nous arrivons à la Salvetat de Peyrales. Nous posons les véhicules derrière la salle des fêtes et les motos sur l'énorme place du village réquisitionnée pour l'occasion.

Il est midi, il y a déjà beaucoup de monde. Acceuil sympa avec café à volonté. Nous récupérons nos bracelets de présence, posons pour le trombinoscope. Nous mangeons un sandwich + melon pour 3,5 euros et toujours le café à volonté en attendant la suite du programme prévue pour 15 h.

.

Deux vidéos ce jour. Une adapté au texte et l'autre pour sourire.

.

.

 
Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 20:25

Toujours à la recherche d'un emploi...

Ma mère qui doit emménager ce 23 septembre chez ma petite soeur...

Ma petite soeur dont la construction de la maison a prit comme du retard pour la livraison...

EDF qui ne fournit pas l'électricité à temps dans la dite maison neuve...

Voilà pour le tableau général.

.

Le week-end dernier, mon béccarre et moi allons donner un coup de main à ma petite soeur afin de l'aider dans les multiples tâches encore à accomplir dans sa maison.  En ce qui nous concerne : sous-couches, peintures de la future chambre de ma mère, et carrelage du garage.

Dimanche, je finis la peinture des murs, et, dans la foulée, je peins le plafond. Un très beau travail ceci dit.

Au moment du départ, une petite douleur dans mon deltoïde gauche (l'endroit où l'on fait les vaccins). Pas grave, je conduis, je rentre.

.

Lundi matin, toujours la douleur mais je ne fais que de la compote de poire.

.

Mardi matin, toujours la douleur mais un tour chez l'esthéticienne et canevas.

.

Mercredi matin : un petit bout de CDD et là, la douleur devient difficile à vivre. Nuit douloureuse de seulement 3 heures de sommeil.

.

Jeudi matin : la douleur est majeure. Je bosse mais je ne peux pas lever mon bras droit et je dois constater que mon os est sorti de son logement de l'épaule gauche. Le médecin sur place me manipule, un grand cri, une grande douleur mais au moins je peux continuer de bosser et conduire afin de rentrer chez moi.

Mais une telle manipulation est archi-douloureuse. Donc, afin d'être à mon poste le lendemain, je prends en tout sur la journée 3 comprimés d'un super antalgique (anti-douleur) à effet superbe et pratiquement immédiat. Pour une première prise... super le résultat. Top niveau le Tramadol*.

A 18heures je demande à mes collègues ; "c'est moi qui ne vais pas ou il fait lourd ?". Réponse : "il fait lourd". Bon.

.

Jeudi soir : plus de douleur, mais, une fois sur mon canapé, cela pique et gratte. Et zut encore des puces de la minette. Il faut que je me décide à lui mettre sa pipette...

Puis, chaleur, sensation de transpiration sans sueurs, la tête tourne et 18/11 de tension. Va au lit Kinia...l'estomac au bout des lèvres.

.

Vendredi matin 5 heures : lever pour le CDD. Plus rien ne va, la tension toujours à 18, les vertiges, bouffées de chaleur, transpiration sans sueurs et, et vomissement en jet en deux fois de la totalité de mon petit déj et de tout mes traitement dont l'anti-hypertenseur..et rash cutané... ouaissss. J'ai compris : allergie au Tramadol et évidemment plus de Solupred sur moi. J'ai encore oublié de m'en faire prescrire.

.

Ni une, ni deux direction les urgences et prévenir le boulot de mon retard. Je ne sais toujours pas comment j'y suis arrivée à 6 heures... l'instinct de survie sans doutes.  Nous passerons sur la prise en charge aux urgences... bref, il ne m'ont pas cru mais m'ont tout de même donné du Solupred et un anti-hystaminique... et le certificat de présence aux urgences pour l'employeur.

.

Direction, le boulot que j'aurais dû commencer à 7 heures. Bref, début de mes activités professionnelles à 8 h30. Je ne pouvais pas avant. Mon cadre ne voulait pas me croire. Heureusement que j'avais le certificat à lui remettre. Mon patron ainsi que mes collègues ont pâlit en me voyant et se sont donné la consigne de me surveiller. Il parait que j'avais la tête plus d'une morte que d'une vivante...

A 18 h 30, fin de mon service, encore un peu sous le choc. Mon beccarre vient me chercher au boulot et me trouve palotte.

Je devais vraiment être laide horrible... pour ne pas être remise le soir.

.

CELA M'APPRENDRA DE TOUT FAIRE AFIN DE TRAVAILLER TOUT DE MEME... BIEN FAIT POUR MOI

MAIS J'AVOUE AVOIR EU TRES PEUR

 .

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 11:10

smileypirateMichèle m'a apprit que tous les 31 août existait une petite "fête" sur internet.

Le but : que chaque internaute soumette 5 adresses différentes de blog ou pas afin de faire découvrir ces derniers par les lecteurs.

Un petit échange et beaucoup de découvertes en quelque sorte.

.

Je vais donc appliquer ce principe en vous indiquant les sites suivants :

1/ club de motard à l'origine de mon super week-end : http://thesegalasbikers.skyrock.com/

.

2/ le site du défoulement sur l'actualité : http://louloulefilou.canalblog.com/

.

3/ par déformation professionnelle mais pas seulement : le site de Docteur Sangsue : http://unmetiercasapprend.hautetford.com/

.

4/ par amour des animeaux : www.spa.asso.fr/

.

5/ blog de Patriarch : de la culture à tous les niveaux : http://patriarch.free.fr

.

Je n'oublies pas les autres mais je n'ai le droit qu'à 5 sites.

.

Une petite note d'humour : lorsque cela ne veut pas, cela ne veut pas. Se faire comprendre....

 

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 12:59

Donc voici le plan des festivités à la Salvetat de Peyrales de ce week-end d'août 2011.

Je vous mets le programme détaillé.

En bleu toutes les prestations comprises dans les 15 euros par personne.

Tout le monde y était invité, motards ou pas, issus du village ou pas car ces actions étaient incluses dans la fête locale animée par le comité des fête. Donc entre le club de moto et ce commité, il y en a eu de l'animation. Et, détail qui a son importance : les toilettes ont été toujours propres, non mal-odorantes et fournies en PQ.

Il y avait 200 motos de toutes les catégories : super-motards, frelons, japonnaises, italiennes,cross, anglaises, autrichiennes, américaines, harley, customs, side-cars et triques. Et même quelques jeunes en mobilettes et scooters.... plus les poussettes et les fauteuils roulants.

 

 

Programme du samedi 13/08/11

De 10 h à 14 h : arrivée des participants devant la salle des fêtes
A midi : possibilité de restauration rapide avec sandwichs-boissons
ou repas au restaurant « Aux P’tits Ventres »
(menu spécial motards sur réservation au 05 65 81 43 89)

Café à  volonté

Hébergement campeur sur stade de foot (sanitaires et douches)
15 h : départ pour la balade (90 km)
16 h : arrivée à Villeneuve et pot de l'amitié offert
18 h : retour des motos à la Salvetat-Peyralès
19 h : Apéritif de bienvenue offert par le comité des fêtes
20 h : Repas saucisse/frites/dessert/bière
22 h : Tirage tombola (équipement motard, bons d’achat DAFY MOTO…)
1/ animation avec le groupe : « les ennuis commencent » -  rock’n’roll année 60

2/ animation avec le groupe « Larsen » - rock’n’roll et hard rock


La balade du samedi après-midi vous fera découvrir
nos paysages et petits villages et vous mènera
à Villeneuve d’Aveyron, l’une des cinq Bastides
médiévales de l’Aveyron.
Riche d’un patrimoine exceptionnel, Villeneuve est
un musée à ciel ouvert avec deux tours de gardes,
une place aux couverts, des rues pavées promenant
le visiteur au coeur d’une cité médiévale remarquable.
Un pot de l’amitié, sera servi sur la place.

 

Programme du dimanche 14/08/11

A partir de 8 h : Petit-déjeuner offert (café / croissant).
· Possibilité de prendre le déjeuner aux tripous ou confit de canard
(pré-réservation sur bulletin d’inscription. Paiement sur place le dimanche)
11 h : début des animations du Comité des Fêtes :
· Tir de force par équipe (dont plusieurs de bikers et deux de filles)
· Animation avec la Fanfare « ROCKBOX »
12 h 30 : Départ pour l'Aire naturelle de la Roque, située au bord d’un cours d’eau
13 h : Arrivée des motos sur l'aire de la Roque au creux de la vallée du Viaur

Repas : aligot

Départ de la plupart des motards - dont mon beecare et moi

14 h : concours de pétanque en doublette

15 h : randonnée pédestre organisé par les Marcheurs de Peyrales (départ de la salle des fêtes)

18 h 30 : APERITIF MUSICAL avec la FANFARE ROCKBOX

19 h 30 : REPAS VEAU D’AVEYRON et TRUFFADE (esplanade salle des fêtes-16 €)

20 h 30 : BAL MUSETTE GRATUIT avec LES BALADINS DU SEGALA dans la salle des fêtes

21 h : CONCERT GRATUIT EN EXTERIEUR avec la PUREE de PIEDAV

 

Je vous racontrerais plus tard ce qui fait que ce week-end a été l'un des meilleurs de ma vie, si ce n'est le meilleur.

Voici donc le groupe "les ennuis commencent" (originaire de l'Aveyron) avec une prestation live incroyable.

 

Voici le groupe "Larsen", des échantillons pour vous faire saliver un peu de cette soirée.
Et enfin, pour le dimanche le groupe "rockbox", Toulousains demi-finalistes dans la France a un incroyable talent en 2010
 

Bisousssss et encore un.

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 12:00

Voici une petite mise en bouche de mon dernier week-end.

Je vous raconterais tout dès que possible. Mais sachez que ce fut l'un des meilleurs week-ends de ma vie.

Et je vous promets une drôle de surprise.

C'est simple, je réserve pour l'année prochaine dès que les inscriptions seront ouvertes.

.

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article