Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 10:20

Les journées se suivaient et se ressemblaient toutes.

1/ Lever le matin,

2/ petit déjeuner,

3/ préparation vite fait-bien fait  : cheveux courts pour plus de rapidité - pas de maquillage et encore moins de bijoux de toutes les façons non autorisés dans mon métier,

4/ attraper Cécile dans son lit ainsi que son sac pour la journée (vêtements, repas et collations) préparé la veille,

5/ confier petit bout à la nourrice,

6/ direction boulôt pour 8 à 12 heures de travail acharné,

7/ récupérer petit bout,

8/ soigner, baigner, nourrir, coucher Cécile,

9/ soigner, nourrir le mâle,

10/ +/- galipettes et dodo.

.

A ceci y rajouter l'entretien de la voiture, de l'appartement, les courses (avec Cécile dans la poche ventrale Kangourou ou coincée sur le siège de caddie entre deux paquets de couches), le marché etc...

Surtout le mardi car après le marché où je négociais les légumes dits "non vendables" ainsi que du tissus à 10 francs le mètre, je cuisinais, moulinais et enfournais au congélateur les portions alimentaires de Cécile pour la semaine.

.

A ceci y rajouter que je travaillais un week-end sur deux et que celui de libre se déroulait obligatoirement chez ses parents en Moselle...Ouaissss...

.

Et enfin, lorsque par miracle (jours de repos en semaine) , j'avais un peu de temps de libre et en présence de la petite :

1/ couture (ma fille n'a porté jusqu'à ses 3 ans que des robes que je lui faisais (en dehors des cadeaux bien sûr))

2/ canevas.

.

Coiffeur deux fois par an. Mais par contre Esthéticienne tous les deux mois : une fois pour les jambes et l'autre pour un soin du visage.

.

Bref, une vraie vie de femme des années 1990.

Les femmes ne travaillant plus afin de mettre du beurre dans les épinards mais afin d'acheter les dits épinards.

Les parois du bocal s'épaississaient autour du poisson, qui n'avait pas le temps de s'apercevoir de quoi que ce soit.

Et ce, d'autant plus, que je pensais que c'était cela la vie de famille. Dans mon éducation... la mère se sacrifie pour le bien-être de la famille... ainsi les enfants seront bien éduqués dans le respect.

.

Il n'y avait ni télévision, ni téléphone... le paradis.

Un jour IL me demandâ l'autorisation d'acheter une télévision. "Tu comprends, le week-end, lorsque tu travailles c'est un peu long. Surtout que maintenant l'hiver est trop froid pour continuer à se promener avec Cécile". Il faut dire, qu'il partait sur des sites du Club Vogien et que, effectivement l'hiver été avancé.

Vas-y pour la télé mais je n'avais pas inclu le lecteur VHS et donc le trunner, ainsi que le décodeur Canal + (avec le code mensuel à renter sur les touches).

.

PUIS... le retour des FFA, l'arrivée de l'armée de métier...

.

une petite vidéo. Elles se sont amusé à la faire mais le principe est bon.

.

 

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 20:15

Ceux qui n'ont pas encore lu mon article sur Léon, n'hésitez pas à y aller, (article précédent) car cela fera plaisir à Chriss.

.

En surfant sur les pages de mes "aminautes" (expression volée à l'un d'entre vous), je suis tombée sur une superbe vidéo de harpe. Oui, oui, l'instrument.

.

Cet instrument m'ayant toujours attiré, j'ai réalisé un petit topo à son sujet.

femme-harpe1.jpg

Non pas de cours ennuyeux mais une série de 7 vidéos afin de vous faire découvrir la beauté de ces cordes pincées.

.

Je vous encourage à y consacrer le temps nécessaire mais surtout ne loupez pas la dernière vidéo. C'est celle-ci qui a engendré ce travail de recherche.

.

Donc il vous faut aller sur mes pages et non sur mes articles afin de consulter ce topo

"harpe mon amour"

.

Venez ensuite me faire les commentaires sur cet article.

.

Bisous à tous et toutes et encore merci à notre cher Docteur Sangsue pour la découverte initiale.

 

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 20:01

Je suis de retour, non sans moultes difficultés ordinatoresques (ordinateur/pitoresque).

.

Après une très, très longue attente, j'ai enfin, moyennant plus de 200 euros, réussi à récupérer mon ordi.

Récupéré oui mais.... tout a dû être changé à bord.

J'avais donc acheté cet ordi avec rien dedans. J'ai demandé des installations. Bon. On m'y met Windows 7 que j'essaie péniblement de maitriser. Et puis, c'est la tuile. Mon ordi refuse de reconnaître mon appareil photo numérique (oui toujours celui offert par Minijupe).

Direction un nouveau dépanneur puisque le vendeur a mis la clef sous la porte il y a un mois de cela.

.

Et voilà : l'ordi ne pouvait pas reconnaître mon appareil photo numérique puisque sans licence du programme que, je tiens à le préciser, j'avais payé... très peu de mémoire de placée, bien que payée, pas de pare-feu, bien que payé et perte de toutes mes anciennes données.

JE N'AI PAS DU TOUT L'IMPRESSION D'ETRE DANS LE LOT DES FEMMES COUILLONNEES.... meuhhh nonnnn....

.

Il a donc fallut arracher ce super nouveau programme, non maitrisé et me refendre d'un bon vieux XP, avec licence cette fois-ci, que je viens de payer bien sûr, plus de la mémoire, payée en plus bien sûr. Plus un programme pare-feu à m'installer moi-même, payé et encore sous cellophane.

.

Bref, après plus de 2 heures à me battre afin d'installer ce pare-feu, je finis par appeler mon nouveau dépanneur qui décide de me le placer à distance.... car, voyez-vous... dans le genre de la fille qui a de la chance.... je suis tombée sur une coquille de fabrication dudit programme.

.

Bon, normalement, au bout de 5 heures au total de bataille acharnée, tout est bon.

.

Je vais donc, comme promis pouvoir vous parler de Léon.

.

A force de participer aux divers jeux des internautes (n'est-ce-pas Minijupe ... ! ?), j'ai fini par en gagner un. Si, si, un jour de chance à noter avec une pierre blanche.

Sur le site de Chriss, j'ai gagné l'une de ses photos. Après erreur dans le choix de ma part... j'ai opté pour un monstre gentil de quelques centimètres de long, de toutes les couleurs et gobeur d'insectes. Donc un petit monstre gentil et utile, lui. Une langue plus longue que la mienne mais qui sait se taire, la sienne. Léon est le nom que lui a trouvé Chriss et je dois avouer que cela lui va bien au teint (au petit monstre, pas à Chriss !)

.

Je vous propose donc de venir visiter Léon dans son milieu boisé,

1/ dans mon salon.léon 001

2/ approche à distance : il est là... mais si... ouvrez les yeux,

leon-002.jpg

3/ encore un pas : nous le voyons déjà mieux,

leon-003.jpg

4/ attention de ne pas l'effrayer,

 

leon-005.jpg

5/ alors devinez-vous qui est Léon ?

leon-006.jpg

6/ portrait rapproché mais nous sommes cachés sous une feuille afin de nous ombrer de son regard pivotant.

leon-007.jpg

Donc voici Léon le caméléon, gentil cadeau de Chriss.

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 08:20

Mon superbe ordi tout frais acheté en février me fait des siennes.

.

Au début je pensais que tout cela venait du bas débit car je suis en zone non dégroupée...

Mais voilà que je ne peux pas mettre mes photos prises depuis l'appareil offert par Minijupe ni de mon téléphone portable sur c't'ordi !!! Rrgggrrrrr..

.

En plus j'avais promis à Chriss de lui montrer à quel point Léon est bien chez moi. Ah oui, Léon.... comment dire.... il devait être le sujet principal de mon prochain article. Et bien non !

 

.

J'ai téléphoné auprès de chez Sony afin d'obtenir le disque d'installation de mon appareil photo numériqe. Mais il n'y en n'a pas. C'est l'appareil qui fait disque d'installation.

.

Donc, il s'avère, tous renseignements pris, que mon ordi, une boite vide au départ n'a pas de facultés. Les programmes mis dedans sont incomplets. J'ai beau avoir le super window 7, impraticable dans la pratique, mais super machin, bidule, truc much : rien n'y fait. Il n'a pas de neurones c't'ordi.

.

Retourner voir ceux qui me l'ont vendu ? Oui bien sûr... ils ont plié la boutique il y a un mois. Ouaissssss.....

.

Donc en un mot comme en plusieurs : il me faut une escale technique pour tit ordi fatigué de ne savoir rien faire.

.

Je vais donc être absente le temps de son traitement et de sa convalescence.

.

Je vous suivrais tout de même depuis l'ordi de mon copain (il a eu le malheur de me laisser les clefs de sa maison, ha, ha, ha).

.

Je vous laisse avec ce que j'appelle de la musique "qui respire". Faites vous plaisir, c'est gratuit et gratifiant.

.

 

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 12:11

La maternité me mît à la porte au troisième jour post-partum, c'est à dire le 25 mars à 13 h. Nous en étions contents, heureux comme tous les jeunes parents lors du premier enfant. Mais, je le paierais en fatigue après. 3 jours c'est trop peu, beaucoup trop peu...surtout que mon mari voulut profiter de la sortie de la maternité afin d'aller faire un tour dans un centre commercial. Couffin en  main, dans SES mains (valorisation oblige) et dans les miennes les valises.

.

La visite de mes parents se fît comme prévu au quinzième jour de mon accouchement. Mais il faillit y avoir encore des soucis avec les beaux-parents qui n'en finissaient pas de ne pas venir nous voir.... Visiblement les premiers avions, trains, véhicules ou patins à roulettes étaient tous en grêve en même temps. Mon mari voulait que l'on repporte l'arrivée de mes parents jusqu'à ce que les siens arrivent. Impossible ! Mon père travaillait et ne pouvait pas changer ses repos et surtout sur un trajet depuis Narbonne.

Mon cher mari décidât donc que nous monterions en Moselle, sur un week-end,  voir ses parents afin de leur présenter officilement Cécile.

.

J'avais juste besoin de me reposer....

.

Mais pas besoin de repos pour le poisson dans son bocal... dans son nouvel aquarium à l'eau de lait maternisé et de lessive des babygros.

Le vilain poisson et ses kilos en plus étaient coincés par le devoir de mère.

.

Arriva très vite le soucis du travail. Ayant démissionné de la clinique, en congé maternité jusqu'au 1er juin, il fallait assurer le retour dans le monde du travail.

"Et puis tu comprends, nous avons besoin d'argent. Surtout maintenant avec Cécile" me dit mon mari.

.

Certains papas, auraient dit, dumoins il me le semble : " ma chérie, reposes-toi. Nous allons en profiter pour partir en vacances en juin, et tu rechercheras du travail après..." Et ce, d'autant plus qu'il m'avait promis un cure en thalassothérapie spéciale mamans avec garde de l'enfant... (il m'avait aussi promis un voyage de noces...)

Et bien non pas lui ! Il fallait de l'argent, déjà et encore de l'argent afin que lui puisse partir, vu qu'il avait des congés annuels par l'armée.

.

Je passais donc mes nuits à biberonner Cécile et mes journées à chercher du travail entre les couches, les courses du ménage mais aussi et surtout la nécessité de trouver une nourrice acceptant les horaires et conditions de travail d'une infirmière sans que je lui laisse mon propre salaire en rétribution.

.

Les eaux de l'aquarium étaient limpides mais je nageais en eaux troubles. Il fallait que je prévois tout en fonction de moi. Lui étant dans l'armée, il était potentiellement amené à partir en manoeuvres... c'est ce que je pensais du moins.

.

Et le 2 juin je commençais un nouveau poste.

Seul point positif : Cécile n'avait pas besoin d'être seuvrée et elle passat ses nuits dès ma prise de poste. Ouf !

.

En résumé : LA vidéo "remonte-moral"

 

.

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 10:27

Retour au domicile mais cette fois-ci à trois.

Et la plus petite était celle qui prennait la plus grande place dans l'appartement. Que ce fut d'un point de vue matériel, nerveux mais surtout dans nos coeur ainsi que le silence de la nuit.

.

La belle mère qui avait tellement insité sur le fait de son débarquement par n'importe quel moyen de transport dès la naissance de l'enfant, oublia ses dires (elle mit deux mois à arriver...). Mais surtout mes parents que j'avais dû reporter pour cause de petitesse de l'appartement n'arrivèrent qu'à la date prévue, soit 15 jours après la naissance.

.

Un retour seule à la maison, qui, ma foi me fit le plus grand bien.

.

Cécile était une véritable horloge... Biberon toutes les trois heures pétantes. H -5 minutes : un petit gazouilli afin de me laisser le temps de m'occuper dudit biberon et à l'heure H : cris et pleurs. J'ai eu le malheur d'appliquer le principe de ne pas être à 2 sans dormir. Donc étant en congé de maternité, j'assurais toutes les nuits afin que LUI puisse être reposé pour le travail.

.

Ceci s'appliquait aussi la nuit : 23 h 55 : avertissement, minuit : cris et pleurs. 2 h 55 : avertissement, 3 heures cris et pleurs ; 5 h 55 : avertissement, 6 h : cris et pleurs. Cécile dormait dans son couffin à côté de mon lit.

.

maastritch1.jpgN'oublions pas que le jour de la naissance de Cécile, nous votions pour les législatives mais que l'union européenne venait de commencer ses accords. Les français étaient partagés entre les oui et les non à cette institution. Les pour-parlers se déroulaient à Maastricht, aux Pays-Bas. Le questionnement sur le nom  de la monaie européenne était en ébullition : "Ecu" ou autre ?

.

7 avril 1992.

Cécile prenait toujours ses biberons de nuit. 2 h55. J'attrapais le biberon et le donnais à ma fille, assise au bord de mon lit. Des secousses.... que Cécile appréciait car cela la berçait... des secousses. "Mais qu'est-ce-qu'il a à bouger comme cela Lui ?". Je pensais que mon mari cauchemardait.

Le biberon arrivait à sa fin lorsqu'une nouvelle série de secousses se manifesta. Je me retournais afin de faire arrêter le cachemard en cours. Mais je constatais qu'il dormait comme un loir, sur le ventre, tranquille...

Bon. Je me mis à penser très vite. Une fraction de seconde avait suffit. "Pas de dégas miniers dans la région. Rgion sismique avec de gros antécédents et notament en 1492. Première réplique, 2 étages au-dessus, 2 étages au-dessous.Attraper le porte document avec les contrats d'assurance et tout le toutim. Se mettre dans une encadrure de porte. Ne pas prendre l'ascenseur.

Et là je me mis à compter......compter.... compter....

.

La secousse finie, je reposais Cécile dans son couffin et me remis au lit. Mais je ne pouvais plus dormir. A force de gesticuler dans le lit, je finis par le réveiller. "N'importe quoi, dors maintenant" qu'il me dit.

.

Je finis par m'endormir, quelques minutes. 5 H 30 : réveil de mônsieur afin de se rendre à son travail.

"Chérie. Chérie ?" J'emmergeais des bras de morphée.

 "Tu avais raison.... ils en parlent à la radio.... tremblement de terre dont l'épicentre est à Masstricht. 4 sur l'échelle de Richter. tu peux te rendormir".

Super le droit de dormir encore jusqu'à 5 h 55.

.

Les commentaires furent assez vifs sur ce séïsme.

 A croire que la terre elle-même se rebellait contre l'Europe.

.

Une petite vidéo afin de se donner une idée de ce qu'était l'Europe en 1992.

Et pour les courageux, un petit exposé sur ce traité.

.

.
 .
  

Histoire du Traité de Maastricht

1972 : 22 janvier : L’Irlande adhère à la CEE
L'acte d'
adhésion de la République d’Irlande au sein de la Communauté économique européenne est signé. Cet événement bouleversera les fortes tendances conservatrices du pays. L’Irlande s’ouvrira d’avantage sur le reste du monde et l’Église catholique développera une certaine tolérance vis-à-vis des femmes et des jeunes gens. L’Irlande apposera sa signature sur le traité de Maastricht en 1991 et rejoindra ainsi les membres de l’Union européenne.

1992 : 7 février : Signature du traité de Maastricht
Les douze représentants européens des 
Affaires étrangères se retrouvent à Maastricht, aux Pays-Bas, pour signer un traitéd'union économique, monétaire et politique. Avec le traité deRome signé en 1957, Maastricht est l'acte le plus important de laconstruction européenne. La CEE laisse ainsi place à l'Union européenne. Le traité de Maastricht, ou traité sur l'Union européenne, vise à établir une citoyenneté européenne commune à tous les habitants des pays membres ainsi qu’à harmoniser la politique étrangère et de sécurité entre chaque Etat. Le traitéprévoit également la mise en place d’une monnaie unique. Il sera rejeté par les Danois en juin, puis approuvé de justesse par les Français le 20 septembre, avec seulement 51,04% de "oui". Finalement, le traité entrera en vigueur le 1er novembre 1993. L'union monétaire, quant à elle, deviendra effective pour onze pays de l'Union le 1er janvier 1999.

2004 : 29 octobre : La Constitution européenne est établie
Les représentants des États membres de l’
Union européenne se réunissent à Rome afin de signer le texte de la Constitutioneuropéenne. Redéfinissant les principes de fonctionnement de l’UEpour l’adapter à une Europe à 27, la Constitution vise également à rassembler les différentes décisions adoptées tout au long de laconstruction européenne (traité de Rometraité de Maastricht,traité d’Amsterdamtraité de Nice). Il est prévu que laConstitution entre en vigueur le 1er novembre 2006, à condition que tous les États membres l’aient ratifiée. Mais le 29 mai et 1er juin 2005, la France, puis les Pays-Bas, la rejetteront.

2005 : 29 mai : Les Français rejettent la Constitution européenne
Avec 54,87 % des voix contre, les Français rejettent le projet de
traité constitutionnel européen après une campagne qui avait divisé tous les partis politiques. La participation est la même que pour le précédent référendum sur l'Europe, celui de Maastricht en 1992 : 69,74% d'électeurs se sont mobilisés. La France est le 10ème pays à se prononcer sur le texte, et le deuxième parréférendum après l'Espagne. Mais c'est aussi le premier à dire "non"

2007 : 13 décembre : Traité de Lisbonne
Le 
traité de Lisbonne est signé par les 27 pays de l’Union Européenne. Suite aux référendums français et néerlandais, laConstitution européenne a été remaniée pour former un nouveautraité moins ambitieux. Il permet de moderniser les traités deRome et de Maastricht pour un meilleur fonctionnement de l’Union. Contrairement à la constitution, aucun pays ne prévoit deréférendum pour le ratifier

Sources : L'Intern@ute histoire

 

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 09:19

Je cherche la voiture de mes rêves.

Je compte sur vous afin de m'aider dans cette quête

Pas de descriptif précis autre que : hot rod en parfait étât de marche.

Couleur finie ou pas.

.

Afin de vous aider à visualise l'affaire : une vidéo explicite.

.

Merci de votre aide

.

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 06:47

Levée de bonne heure aujourd'hui bien que mon premier rendez-vous ne soit qu'à 11 h, j'ai virevolté sur les pages de mes copains et copines de la toile.

.

Et bien, mon Lolo (mon journal de bord) a publié une vidéo musicale que je lui ais fauché de suite.

.

Puissance de la voix, beauté des sonorités et des rythmes :

Un vrai cadeau afin de contrarier le réveil-matin.

.

La revanche d'une ronde. En plus, son physique n'empêche en rien à ses diverses prestations.

.

Je vous encourage à aller sur les pages de Lolo afin d'y découvrir la chronique effectuée à son sujet.

.

And, now, ladies and gentlemens...........

.

 Adèle .

.
Bonne journée à tous et toutes
Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 10:26

Lundi 23 mars 1992.

J'avais refusé l'injection afin de couper la montée de lait au grand étonnement des sage-femmes. Il faut dire que le "tout biberon" était à la mode dans les années 90. Moi, je voulais l'allaiter, lui donner MES anti-corps le plus longtemps possible. Je m'étais tané les seins depuis le début dans cette idée. Et au pire, j'avais le tire-lait. Mais Cécile aurait MON lait. La poitrine est faite pour cela au départ. Ce n'est pas qu'un terrain de jeu pour ces messieurs....

.

Oui mais voilà, la sage-femme, sous prétexte de me laisser dormir malgré mes indications, avait donné la tétée de 3 heures du matin au biberon et non à mon sein.

.

Résultat, Cécile ne voulais plus téter au sein. C'est plus dur qu'au biberon. Nous avions de fait acheté les bouts de sein en silicone (très cher à cette époque, mais comme c'était pour sa fille, il se précipita dans cet achat...). Rien n'y fît. Le premier lait maternel est important, donc je sortis la tireuse. Les seins au bord de l'explosion, je m'acharnais sur cette machine manuelle, oui, à poire. Merci les sage-femmes, qui, en plus se vantait de m'avoir prévenue d'une montée de lait inutile et d'une injection devenue trop tardive. M'en fou, Cécile aura MON lait.

.

Passage du pédiatre : problème. "Votre fille a "tréssauté" il faut faire une éhographie.". Je compris tout de suite ce que cela voulait dire. Je n'avais plus qu'à espérer que ce ne soit pas trop important.

.

Dans ma famille maternelle, d'origine normande, il y a une maladie congénitale : la luxation congénitale de la hanche. L'une de mes tantes avait même été opérée à plusieurs reprises. C'est d'ailleurs à cause  de cette maladie que j'ai le dos en vrac, lorsque j'étais jeune il n'y avait pas d'échographie afin de la détecter et j'ai fais de la gymnastique accrobatique dessus.

.

Bref, j'étais la fautive... Il a su faire semblant de me déculpabiliser mais racontait à toute SA famille que cela venait de moi. Mais, en fait, je ne culpabilisais pas. C'est génétique.

.

Donc, langeage au carré. Il s'agissait de mettre par-dessus la couche, une autre couche, en matière rigide afin de lui tenir les jambes en position tétard. Et ce pour trois mois. Pour nous rassurer, le pédiatre nous confia que cela lui fera de belles hanches d'adulte.

.

N'ayant eu aucune complication d'ordre gynécologique, pas d'épisiotomie et un dynamisme à revendre, et la clinique ayant eu besoin de la chambre, je fus sortie dès le mardi. Je refusais au départ mais on m'indiquat que les sorties se faisaient au troisième jour post-partum. Mais, pour moi, ils avaient compté le dimanche.

.

Retour à la maison, dans notre nouvelle Fiat Tempra Break. Mais, évidement deux nouveaux soucis techniques étaient présent :

1/ la toute nouvelle réglementation sur les sièges auto,

2/ perdre du poids.

.

Une petite vidéo à voir jusqu'au bout surtout.

.

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 09:54

Dimanche 22 mars 1992. Elections législatives.

Arrivée au bureau de vote presque à l'ouverture. Les ascesseurs me regardaient d'un sale oeil. "Vous n'allez pas accoucher maintenant ?" Moi : "Non, c'est pour aujourd'hui mais pas pour maintenant".  Je ne me démontais pas et je premais les différents bulletins, direction l'isoloir puis l'urne.

L'ascesseur s'empressa dans son "a voté" et soupira de soulagement lorsque j'eus franchi la porte de sortie du bureau de vote. Bon, cela c'était fait.

.

Mon mari, comme la soeur Anne, ne voyant toujours rien venir me fit faire tous les secteurs pavés de Haguenau (sauf un barré pour cause d'élagage) afin de stimuler l'affaire. Il y eut même un rond point, tout pavé, sur lequel nous avions tourné plusieurs fois, au grand étonnement des passants.

.

Retour à l'appartement. Repas de midi. Journée télévision... Rien, et toujours rien.

Repas du soir et là, bon sang les premières contractions. Les vraies cette fois. Toute une autre chanson.

"On y va" me demanda-t-il ?" Moi : "On attend encore un peu car je ne voudrais pas refaire comme l'autre jour". Le temps passait, les contractions se rapprochaient, jamais comptées. Pourquoi faire ?

.

Puis, à 20 h 10, un appel intérieur me fit dire : "On y va, et tout de suite". Lui : "Tu es sûre ?" Moi : "On m'a toujours dit que je saurais lorsque ce sera le moment et là je te dis qu'il faut y aller".

Saisie de la valise, vérification des oublis et surtout de ne pas laisser la clef sur la porte. Montée en Panda et direction, boite de vitesse au max, de la clinique. Il avait le regard fixé sur la route, sans un mot homis un "ça va" automatique.

.

Arrivé sur le parking, place handicapée car c'était la seule de disponible. Lui : "Descends !". Moi : "Deux secondes, contraction". Il trépignait. Arrivée dans le hall de la clinique. Personne à l'acceuil et aucun panneau indicateur. Je ne savais pas où étaient les salles d'accouchement car j'avais refusé de faire les séances de préparation. Pourquoi faire ? Me congner ces femmes avec leur sourire béat et leurs histoires ? Et puis je ne pouvais plus conduire depuis un moment.

.

Un grand-père, équipé de sa perfusion et de ses redons, nous dit : "Premier étage, au fond du couloir". "Merci monsieur". Il avait un sourire de souvenirs sur le visage, c'était beau de le voir. Mon mari voulait que l'on prenne l'ascenseur. Hors de question. Avec le bol que j'avais (et que j'ai toujours) nous aurions eu droit à la panne et donc à l'accouchement dedans.

.

Prendre l'escalier. Lui : "Montes". Moi : "J'peux pas, Deux minutes, contraction". L'ascension de l'escalier se fit par de nombreux palliers.

.

Arrivée en salle de travail à,20 h 45. Pas de péridurale pour deux raisons : déjà à 5 centimètres d'ouverture du col et personne ne me flanque d'aiguille entre mes vertèbres avec le peu de disques que j'ai ! La sage-femme, une ancienne, plaça mon mari au-dessus de mon épaule et non ailleurs. Elle et son expérience s'étaient apperçu qu'il ne supporterait pas. La bonne nouvelle : accouchement sans étriers.

Une femme criait à côté, elle y était depuis 3 heures déjà.

.

"Poussez......poussez....." Le gynéco de garde arriva mais pas le mien.

22 h 13 : le bébé poussait son premier cri. Mais il s'est tout de même pris la fessée car le geste était parti. La même situation que pour sa mère, il y avait 25 ans auparavent.

.

Moi : " qu'est ce que c'est ?". La sage femme (une ancienne) étonnée : "Comment cela ?" (elle devait se penser que je ne pouvait pas accoucher d'un Kangourou). Moi : "Oui, nous ne connaissons pas le sexe".

Elle : "Ah bon ? Et bien vous avez une petite fille". Moi : "A-t-elle tout, tous ces doigts et tout quoi ?" Elle, sourire aux lèvres : "Mais oui, une fille en parfaite santé". Et l'autre femme criait toujours....

.

Là dessus il a fallut faire des points sur une petite veine vaginale, et là mon mari se sauva de suite pour téléphoner.. "Je n'allais pas rester là alors qu'ils te recousaient la boîte aux lettres" me dira-t-il plus tard.

.

Cécile était parmis nous.

.

Et pour moi, que l'accouchement n'avait pas perturbé : une super journée de citoyenne.

Deux devoirs civiques dans la même journée : 1/ voter, 2/ mettre au monde une enfant.

.

 

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article