Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 17:22

La date prévue de l'accouchement avait été définie pour le 22 mars 1992. Ceci édicté en fonction de la date des dernières règles et de la règle magique du gynécologue.

.

Le mois précédent, l'attente et la tension devenaient palpables pour le futur papa qui pensait que 9 mois de grossesse voulait dire accouchement au début du 9ème mois et non à la fin de celui-ci.

.

Nous avions choisi la clinique "d'obédience judaïque" non pas par conviction religieuse mais parce que c'était la plus directe depuis notre domicile sur les deux dans lesquelles exerçait le gynéco. Accès direct depuis l'autoroute puisqu'il fallait prévoir l'arrivée en trombe depuis Haguenau.

.

Nous étions en plein achat d'une nouvelle voiture. En effet notre brave Fiat Typo se révélait trop petite pour nos longs trajets vers Narbonne ou les Charentes avec le barda du bébé. Donc achat, avec reprise de la Typo, d'une Fiat Tempra break. Livraison programmée pour le lundi 23 mars. Donc pour fêter l'arrivée du bébé. Mais je négociais tout de même un véhicule de prêt car la Typo nous était reprise le vendredi 20 mars. pas question de rester 3 jours sans rien.

.

Mais... je me programmais aussi une ambulance... au cas où, IL finirait par partir dans le Golfe.

.

15 jours avant la date fatidique, je faisais mon ménage, mes vitres ainsi que toutes les activités qui, parait-il, précèdent la naissance. Que dalle ! Par contre, un petit cadeau : les kilomètres de vergetures. Pas une avant, grace aux crèmes de mille balasi, et là, toutes et partout, même au creux poplité (derrière les genoux). Ouaisss ...

.

Consultation chez le gynéco le mardi 17 mars. Tout allait bien pour le bébé. (Cette phrase n'est pas annodine, je m'en expliquerais dans une autre page sur la prise en charge de la femme enceinte dans le régime local Alsace-Moselle...)

"Si vous n'avez pas accouché jeudi, je vous prends entre deux."

.

Jeudi 19 mars : nouveau rendez-vous chez le gynéco. "Bon, je vais vous décoller les membranes, en général, cela déclenche l'accouchement.

.

Jeudi : rien

Vendredi  matin : rien. Bon on amène la typo au garage. Mais ils ne voulaient pas nous donner une voiture de prêt, pensant que mon affaire serait déjà réglée. Je criais que je ne pouvais pas rester sans voiture pour la date prévue de l'accouchement. A force, nous percevions une Fiat Panda : un karting quoi...

.

Vendredi dans l'après-midi : des contractions. Je vérifie l'affaire sur plusieurs car, là, j'avoue que je ne comprenais pas. "Mais cela ne fait pas si mal que cela. Pourquoi sont-elles toutes en train de hurler dans les films ?" En effet, je n'avais jamais autant vu de films de femmes enceintes et accouchantes et hurlantesque pendant ma grossesse.

.

Le futur papa, trépignait : "on y va ?". Moi : "nous en sommes à une contraction toutes les deux minutes. Encore une et on y va".

Et puis plus rien.

.

Nuit du vendredi au samedi : le futur papa : "Alors ?" ;  "Rien"

Samedi matin : "Alors ? " ; "Rien"

Samedi après-midi : "Alors ?" ; "Rien"

Samedi soir : "Alors ?". Moi : "Rein. Bon on met le réveil à 7 heures pour aller voter à l'ouverture des bureaux. Comme cela ce sera fait de voter.... Si rien ne se passe cette nuit". On mit donc deux réveils à sonner afin d'être sûrs de se lever pour les législatives.

.

Dimanche matin : dring. Bon nous nous préparions pour aller voter.

.

 

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 13:35

Le spectre de Daguet réapparut. Tout le régiment sur le départ pour les 2/3 encore restants. Un soir mon cher et tendre époux rentre de sa journée au régiment :

"Ma chérie, je n'ai pas eu le temps de te prévenir mais je pars dans 15 jours pour La Guyane durant 6 mois."

Il m'expliquât qu'il était dans son camion de transmetteur, couleur sable, et que le chef de corps l'appelât sur son antenne afin qu'il le rejoingne dans son bureau. Mon époux avait la distance de son camion, stationné dans la cour centrale, au dit bureau afin de choisir entre le golfe ou 6 mois en Guyane. Surveillance des frontières mais pas de recherches des orpailleurs. Ouf !

.

Cette fois c'était sûr, j'accoucherais seule et j'envisageais même le fait de devoir le faire à la maison.

.

Mais pourquoi serait-il le seul à ne pas partir ? En ma qualité d'épouse et de future mère, il valait mieux 6 mois loin mais avec retour garanti que le Golfe dont nous ne savions en aucun cas les possibiltés d'évolution.

Oui mais....

Pourquoi lui, pas encore papa, avait-il cette chance alors que nous avions vu des pères de 4 enfants et plus partir ? (les enfants sur le balcon au 4ème étage pleuraient et la femme en bas refusait de lâcher son mari. Les collègues militaires obligés de l'arracher du cou de son conjoint et de la porter plus loin le temps que la P4 s'éloigne).

.

La réponse fut la suivante - car je vous rappelle que la VRAIE réponse, je ne l'ai eu que ce dernier mois en cours- le parrain de baptême de mon très cher mari serait intervenu en sa faveur. Souvenez-vous ce parrain qui n'était venu QUE pour l'appéritif de notre mariage, qui avait refusé de rester au repas. Ce dernier aurait soit-disant envoyé une lettre à mon mari afin de lui demander s'il était sur les listes des partants. Mon époux aurait répondu par l'affirmative et donc son parrain, qui a fini sa carrière quelques années plus tard avec son bâton de maréchal, aurait donné le coup de téléphone pour une autre affectation. Son parrain n'a jamais voulu répondre à mon questionnement ni dans un sens ni dans l'autre.

.

Mais ladite lettre....je ne l'ai jamais vue.

.

Alors commencèrent les préparatifs pour la Guyane.

Visite médicale miltaire de départ : recalé pour cause de surpoids (il faut dire, que à cette époque, il avait déjà atteint les 3 chiffres de la balance).

.

Moi dans une colère énorme :"Comment ça recalé pour surpoids ? Mais ils pensent que tu vas faire tomber l'avion ou quoi ? Par contre tu n'est pas trop gros pour aller dans le Golfe !"

.

Et oui, trop lourd pour la Guyane mais correct pour aller se faire tuer dans le golfe.

Espoirs déçus, intervention du parrain inutile.

.

Décidément je devais m'organiser afin d'accoucher toute seule. Et comment voulait-on que le bébé ne ressente rien ?

.

.

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 18:11

C'est le printemps.... bientôt l'été.... !

Le monstre de Kinia et sa maladie de Raynaud se réjouissent à cette idée.

Enfin du soleil et de la chaleur !

.

L'été dernier, le soleil n'a été que partiellement présent mais surtout, coincée dans ma salopette afin de mettre ma maison dans les cartons et de manipuler des tonnes de poussière, je n'avais pas été confronté à EUX. Ni à EUX, ni à leur petits copains de toutes sortes.

.

Pas une attaque. Et même cet hiver : pas une tentative d'attaque, ce qui est exeptionnel.

.

Bref, je les avais oubliés.

.

Mais ILS ne m'ont pas oublié, EUX !

.

Ce samedi 02.04.2011, Les Baccaret, camping le Floride : concentre motos Harley, traïks et voitures associées. Un petit vent, un peu de soleil, une très bonne ambiance, des véhicules superbes, un concours de bras de fer auquel j'ai participé en catégorie féminine (normal je suis une fille... c'est ce qui est marqué sur mon bulletin de naissance).

.

Rien, non rien ne m'avait préparé à leur retour.... Rien !

.

L'attaque a été foudroyante, répétée, sur plusieurs terrains différents, sur plusieurs autres personnes mais elle a été là. Magistrale, Implacable, Irrémédiable, Militaire.

.

Pas de morts mais beaucoup de blessés, beaucoup trop. ILS ONT DECLARE LA GUERRE.

.

OUI, ILS SONT DE RETOUR :

.

LES MOUSTIQUES

.

Pas le choix. Malgré mon esprit écolo, je vais être obligée de ressortir l'artillerie et les bombes de gazs toxiques. (tolérés par la Convention de Genève) :

- spirales à brûler bio,

- écran écolo des appuis de fenêtre,

- bougies à la citronnelle,

- citronnelle liquide sur la peau (dommage pour mon petit auto-cadeau de chez JP Gaultier),

- vaporisateur sur prise écolo,

.

Et si cela ne suffit pas : mon cher Compagnon d'Armes : MAJOR BAYGON

.

Une petite vidéo adaptée avec un touche de musique

 

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 19:26

Noël 1991.

Il avait fallut demander l'autorisation auprès de la sécu afin de pouvoir  passer noël en famille.

Précision : dans la belle famille. Nous passions, normalement un noël dans une famille une année dans l'autre. Donc, comme par hasard, direction les Charentes pour festoyer en tribu. Juste une quanrantaine de personnes et d'enfants, toujours aussi pénibles....

.

Afin que la Sécu accepte un tel trajet (Haguenau - Angoulème), j'ai obtenu de passer 3 jours chez ma tante de Ermont (92).

.

Arrivée en 16, le point positif était que tout le monde me portait de l'intérêt. Disons intérêt au bébé à venir. Intérêt de découvrir le sexe du dit bébé par des questionnements très efficaces. Heureusement que nous n'en savions rien.

.

J'avais une paix royale tant que d'autres membres de la belle famille étaient présents en dehors des beaux-parents. Sinon la belle mère, qui me rappela que le terme approprié à ma situation était celui de bru, trouvait à dire et à redire que la grossesse n'empêchait pas à l'aide ménagère. Aider. Je le voulais bien mais récurer une maison non entretenue depuis des mois, non. Comme par miracle mon ventre me tirait plus que de coutume. Le trajet sans doute...

Et lui de ne rien dire... "c'est ma mère..." Oedipe vous disiez ?

.

De retour en Alsace, le harcèlement téléphonique de mon employeur continuait de plus belle.

.

Si je n'avais pas été virée c'est parce que j'étais élue au Comité d'Entreprise. Personnel protégé donc et qui plus est enceinte.

.

Arriva la première semaine de février 1992. Je reçus une convocation pour une réunion du CE avec présentation des bilans en présence des soeurs, propriétaires de la clinique, et du directeur pour le 13 février à 14 h 30.

Horaire prévu afin que je ne vienne pas car la seule qui l'ouvrait : c'était moi !

.

J'arrivais en salle de réunion à 14 h 45. Je n'avais pas fait exprès d'être en retard mais cela m'a aidé en fait. J'obligeais tout le monde à se pousser afin de me permettre d'accéder au seul siège encore disponible, celui à côté du directeur.

.

Et ce directeur de fendre : "Je suppose que vous avez une autorisation de la Sécurité Sociale pour être présente en dehors des heures de sortie. Vous me la ferez parvenir."

.

Et moi de répondre : "Nous sommes aujourd'hui le 13 février. Je suis depuis ce matin zéro heure en congé de maternité et non plus en maladie. Je peux donc me déplacer comme bon me plaît. Vous n'avez plus besoin de m'appeler deux fois par jour et comme encore ce matin ! Nous pouvons entammer l'ordre du jour."

.

Un ange passa, lui et tous ces copains du paradis tandis que, je dois l'avouer, je jouissais de lui avoir coupé la chique à ce C...

.

J'eus encore eu le droit au coup de téléphone de 10 h 50 le lendemain puis fini.

.

Je pouvais enfin profiter librement et entièrement de ma grossesse. Comme une femme enceinte de huit mois.

.

Anne ROUMANOFF, Les femmes enceintes - La Libre.be
Grandes joies et petits soucis de la grossesse © 2007 - PVO Audiovisuel Multimédia - Réalisateur : Christophe Franck - Auteurs : Anne Roumanoff et Colette Roumanoff

.

 

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 18:14

Je me suis permise un peiti jeu lors de mon article précédent : annoncer mes BD mais surtout en choisir une image en rapport immédiat avec le monstre que je suis.

.

Je vous encourage à deviner ou bien, à lire les réponses que voici :

.

 

 

asterix-legionnaire1/ Astérix :

Choix de la couverture d'Astérix légionnaire :

parce que mon homme du moment est un ancien légionnaire,

un petit signe pour Apsara et pour Philou

.

 

 

 

tintin-top2/ Tintin :

Une photo de groupe

car j'aime à être en compagnie et en bonne compagnie si possible.

 

un signe pour Bout'fil, Patriarch et Arachnée

 

gotlib3/ Gotlib :

une représentation gymnique en tenue d'Adan

parce que j'aime toujours autant la gym acrobatique et parce que la nudité et l'humour y attenant ne sont pas un soucis pour moi : j'ai l'esprit ouvert,

un coucou pour Minijupe, Hombi 92, Pom, Dom et Marie-Thé.

 

petitangebd4/ Serre :

Les petits anges.

parce que dans mon histoire sur mes articles j'en suis à la maternité.

une attention pour Michèle et Nat

 

 

pompiers5/ Melting-pot :

Les pompiers : un coucou pour Laurent, un autre pour Le Pierrot.

Et l'image pour tous les mecs que j'adore...

.

 

 

 

 

 

femmes en blanc6/ Les femmes en blanc :

devant le panneau de sortie

car j'ai toujours voulu être infirmière,  je le suis depuis 22 ans et que je ne supporte pas que depuis mes 35 ans les employeurs me montrent la porte de sortie sous prétexte qu'au delà de ces 35 ans, une infirmière n'est plus valable.

N'est-ce pas le contrarieur patenté ?

.

toubib6 bis/ Les toubibs : bonjour Doc Sangsue

un incident technique douloureux

parce qu'il y en a assez de toutes ces personnes que l'on soigne tout au long de l'année et qui ne pensent qu'à se faire du pognon sur notre dos à l'aide d'une plainte... et assez de toute la violence dont nous sommes abreuvés au quotidien par ces mêmes personnes soignées 365 jours par an !

.

 

Batignolles7/ Soeur Marie-Thérèse des Batignoles :

L'arme au poing

C'est paradoxalement par ce que je respecte les religieux quelle que soit leur confession que je sais en rire sainement.

Et puis je compte bientôt apprendre à tirer mais avec une arme de poing

.

 

TrollsTroy8/ Trolls de Troy :

Image de famille

Pour faire le lien avec Astérix que j'y ais trouvé. Du rire, des situation, un envahisseur à battre, une seule peur et nombreuses allusions à divers personnages et situations,

un sourire pour Mamikéké

.

 

shane9/ Shane

portrait cheveux au vent

parce que les miens sont assez indisciplinés.

un air d'aventure et de lointain pour Chriss, Clo et Sonya

.

 

 

 

bouche cousue10/ Autres

pas d'images car Hamster Jovial et équivalent n'est pas à publier, respect de la pudeur des autres oblige. (J'ai été élevée dans le respect des autres...)

.

Et voilà. Maintenant vous en savez un peu plus sur moi.

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 18:36

La question est tombée dans un de mes commentaires :

"Tu lis quelles BD ?"

C'est une bonne question afin de se connaître un peu mieux.

Mais c'est aussi un tag que je lance.

Pour une fois je ne serais pas taguée mais je tague les autres... ah, ah, ah,....

.

Donc je réponds à la question en 6 points :

1 / Traditionnels :

Astérix - collection complète

asterix-legionnaire 

Tintin - collection complète (y compris le receuil des dessins de journaux)

tintin-top

.

2/ Humour et humour spécialisé :

Serre - presque tous

petitangebd.gif

Gotlib - totalité des rubrique à brac et assimilés-

gotlib.JPG

Binet

.

Master - intégrale de Soeur Marie-Thérèse des Batignoles + autres

Batignolles

Tomes éparpillés d'humour spécialisé : les pompiers, les gendarmes, les profs, le rugby, le régime, les corses, les pyrénées....

 

pompiers-copie-1.jpg 

3/ Humour professionnel :

Les femmes en blanc - manque les derniers

femmes-en-blanc.jpg

Les toubib - quelques uns

 toubib-copie-1.gif

4/ Humour pour pleurer à grosses larmes :

"Trolls de Troy" - oeuvre complète

TrollsTroy.jpg

5/ Belle histoire :

"Shane" de Le Lombard - les trois livres

shane.jpg

 

6/ Autres - à ne pas mettre entre toutes les mains.

 

 

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 11:46

Les évènements atomiques actuels parlent d'eux-même.

Le peuple japonnais, première victime de l'atome dans un but militaire, connait la malchance d'être de nouveau concerné par l'exercice.

Et dire que ce peuple a tout de même mis le nucléaire sur son territoire, faute de place pour les installations d'autres moyens de production de l'énergie dont il a outrageusement besoin.

Certes, ce peuple n'y est en rien sur les mouvements techtoniques de la terre.

Mais pourquoi avoir pris des entreprises et des brevets américains pour cela ?

.

Bref, pas de polémique...

.

C'est pour cela que je vais faire un rappel, sur une personne qui doit, à ce jour se retourner dans sa tombe... elle qui avait fait ces découvertes afin d'améliorer la vie des Hommes et non pour les détruire....

.

Marie CURIE

.

Je viens d'éditer la première des deux pages consacrées à ce haut personnage de l'histoire.

Je vous encourage à aller la lire.

La seconde page arrivera encore aujourd'hui ou bien demain.

.

 

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 12:55

Ma copine, voyant que je ne dormirais pas, me proposât de sortir voir son petit copain de garde sur la caserne. Ils s'étaient donné rendez-vous au travers du grillage de la porte sud à minuit.

.

Ma copine expliquât ce qui m'était arrivé. Son copain proposât d'en parler à son supérieur mais je le refusais nettement. En effet, je ne voulais pas que ce fait ne se répercute sur les habilitations en cours de mon mari.

.

Une fois retournée chez ma copine, je tombais dans les bras du Prince Valium. Ma copine, elle, n'eût pas cette chance. Son copain ayant tout raconté à son supérieur, elle fût contrainte de me surveiller, façon ordre militaire, et elle fût dérangée toutes les heures au téléphone afin de donner de mes nouvelles.

.

A neuf heures, le lendemain, j'entendis des voix tout autour de moi. Je finis par bousculer Prince Valium et ouvris les yeux. Le Lieutenant était là, m'observait et finit par m'interroger. Il décidât de faire revenir mon mari de manoeuvre. Je m'y opposais toujours pour les mêmes raisons mais rien n'y fît. Ce gradé convoquât devant moi "Gomard", un de nos amis afin qu'il prenne la place de mon époux sur le terrain. Chose dite = chose faite.

Ce gradé avait prit cette décision car, comme il me l'avoura plus tard, il aviat eté effrayé par mon état. Lui qui ne m'avait toujours connu dynamique, rigolotte, pleine de vie et totalement adaptée à la vie militaire. Bref, pas une de ces filles qui feignent la dépression nerveuse à chaque absence de l'époux....

.

Mon copine eût l'ordre de me garder chez elle jusqu'au retour de mon mari 48 heures plus tard. L'armée offrit à mon époux les jours nécessaires à mon rétablissement, non prélevés sur les congés annuels. Je trouvais cela super.... la vraie raison de cette amabilité ne me fût révélée que dernièrement....

.

Par contre pour mon employeur, ce ne fût pas aussi sympa.

Mon arrêt de travail de 8 jours se transformât en 3 semaines et.... jusqu'au début de mon congé de maternité. Avec respect des heures de sortie : 11h-12h et 16h-17h.

.

Tous les jours à 10 h 55 et 15 h 55 je recevais un coup de téléphone. Je décrochais, allo ? et on raccrochait à l'autre bout.

Mais jamais le samedi ni le dimanche.

.

C'était la secrétaire de mon employeur qui vérifiait ma présence à mon domicile.

Il faut savoir qu'un employeur avait le droit de vérifier la présence de son salarié à son domicile. Mais la moindre des politesses aurait été de se présenter.

Pour moi, je riais. Mais c'était tout de même dur harcèlement.

. .

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 16:25

Fin de parcours des vacances sous l'oeil de la gendarmerie par un séjour OBLIGATOIRE chez les beaux-parents avec visite toute aussi obligatoire de tous ses membres sur zone. Youpi....La zone couvrait le département de la Charente (16). Les beaux parents y étaient en vacances mais résidaient en Moselle (57) le restant de l'année.

.

Nous en profitions pour annoncer mon état de femme². La belle mère me prévint qu'elle accourerait par avion, voiture, train ou même patins à roulettes dès que les contractions se feraient sentir...elle et ses 110 kg sur des patins ? ...pfff.

Tout le monde voulait connaître le sexe du bébé mais nous ne voulions pas le savoir avant son arrivée au monde. A l'ancienne comme le disent certains...

.

Nous avions donc choisi deux prénoms. Nous ne voulions ni prénoms composés, ni prénoms à la gomme tirés d'une série TV quelconque, ni prénoms discréditants de par le lien avec le nom de famille, lecture dans un sens ou dans l'autre. Nous voulions des prénoms de chez nous, possédants une histoire.

.

Pour le garçon, mes origines normandes et le manque d'idées de mon cher époux, nous ...j'avais choisi Emeric.

Pour la fille, mon cher et tendre époux ne me laissât pas le choix : "ce sera Cécile, patronne des musiciens". Moi, ayant toujours voulu faire de la musique et ayant encouragé mon mari à persister dans ce milieu (tu parles qu'il a continué...), je ne fis aucune opposition à ce choix. Je le trouvais même judicieux.

.

Retour en Alsace, et mon cher époux partit en manoeuvre, soit-disant afin d'aller scruter et écouter les Russes sur le front de l'Est. Ce qui en restait puisque LE MUR était tombé en 1989.

.

Premier jour de reprise du travail. La journée se passe, sans poste aménagé et presque sans pause, mais toujours en réa.

A 17 heures, un soucis avec un patient, réanimation que je commence le temps pour l'anesthésiste de pointer le bout de son nez. Petits soucis...faillit le perdre...

L'anesthésiste se fendit d'un : "de toutes façons, nous n'allons pas vous garder, même si vous êtes du Comité d'Entreprise".

Moi : "Comment ? Qu'est-ce-que c'est que cette histoire ?"

Lui : "Rien !"

Moi : "Ah non alors ! Vous en avez trop dit ou pas assez ! Je finis mon poste à 20 h. A 20 h 10 je suis dans votre bureau et j'exige des explications !"

.

A 20 h 10, l'anesthésiste m'attendait, tout petit dans son pantalon. Il m'explicât qu'ils avaient profité de mon abscence afin de préparer un dossier contre moi à but de licenciement. Mais comme j'étais personnel "protégé" ET enceinte, il leur fallait une faute professionnelle grave.

Tout était prêt : signatures, témoins, textes explicatifs. Ils n'attendaient plus que ladite faute ainsi que la date dudit évènement. Le problème de réanimantion du jour aurait pu leur servir mais il leur aurait fallu en faire de même pour l'anesthésiste.

Je rentrais pour chez moi dans un état effroyable.

Tout à coup, j'ai eu des douleurs atroces dans le bas-ventre avec tous les signes de la mort in utero. Bref, je pensais que cette annonce m'avait déclenché la perte de mon enfant.

Je me suis précipité chez la seule copine que j'avais car je ne voulais pas rester seule au cas où ...la perte du bébé.

Mon médecin arriva en trombe chez ma copine afin de me visiter et surtout, contrôler le bébé. Le petit coeur battait normalement. Un bel arrêt de travail + une belle intra-musculaire de Valium pour me calmer. Mais elle ne fît rien pendant les trois heures suivantes.

A suivre...

Voici une vidéo assez explicite de mon état. Rien de joli...

.

.

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 12:22

Eté 1991.

Je travaillais de juin à fin août en personnel réduit et toujours avec la Soeur.

Ce fût un été très chaud. Du moins, étant enceinte c'est de cette façon que je l'ai ressenti, moi et ma malaldie Raynaut.

.

Donc le mois de septembre arriva enfin : vacances.....youpi !

.

Mais nous ne partions pas simplement. Mais non bien sûr. La guerre du glofe n'était pas tout à fait terminée. C'était la période dite "de la reconstruction" mais toujours en présence des armées liées à l'UN.

.

Mon mari étant passé en "Alerte 72 heures", j'avais passé tout cet été à lui préparer son sac ainsi que de le mettre à jour pour ses vaccinations. Ne riez pas, tout n'était pas pris en charge par l'armée. Bref, j'en ai eu pour 3000 francs de l'époque. (ne soyez pas surpris de ce détail tehnique, mais les explications ne me sont parvenues que ce mois de février 2011).

.

Mais surtout cela signifiait que mon mari devait être joignable, officiellement à tout moment. Il n'y avait pas encore de téléphones portables et les tatous n'étaient réservés qu'à certains corps de l'armée.

.

Nous avions programmé un parcours touristique avec de très nombreuses étapes. Départ de Haguenau, descente le long de la vallée du Rhône, Avignon, boucle vers Narbonne afin de voir mes parents, cités du grand Narbonnais, cités cathares, pont du Gard, remontée sur les charentes afin de voir ses parents, châteaux de la Loire et retour......

.

Un vrai périple...

Suivi de TRES PRES par la gendarmerie.

Etant en alerte 72 heures, mon mari devait se présenter chaque jour auprès de la gendarmerie de note lieu de villégiature. Et chaque jour, préciser notre itinéraire afin que, les gendarmes, puissent venir me l'attrapper en plein vol.

Je ne savais jamais si je finissais la journée, et même la nuit seule ou à deux. Me faudrait-il tout plier toute seule et rentrer...ou continuer sans lui ?

.

Je pensais même que j'allais perpétuer une drôle de tradition familliale. En effet ma grand-mère maternelle  a accouché de son ainée (ma mère) seule pour cause de guerre. Ma mère a accouché seule du monstre pour cause d'envoi de mon père aux US.

.

Sur chaque site, le ventre me pesait un peu. Un peu car je n'étais enceinte que de 3 mois. Mais il me fallait grignoter. Et pour ne pas prendre de poids, je m'achetais un brugnon. Un brugnon par ci, un brugnon par là...

.

Mais les châteaux cathares furent difficiles. D'abord la grimpette à pied (et c'est heureux que ce ne soit pas tout bitumé)

puis la visite en elle même. En effet, lorsque vous avez atteint la porte d'entrée, il y a encore autant à grimper dedans. Il y a même dans l'un d'entre eux la particularité de vous couper les jmabes. Une fois tout le château visité, ouf la dernière partie.

Et là, dans la grande porte d'accès d'au moin 5 mètres de haut au point le plus reculé, un énorme escalier dont on ne voit pas le sommet....Cela coupe réellement les jambes !

.

Il y eu certains sites que je n'ai jamais réussi à finir. "Ce n'est pas grave, me disait mon mari, on y reviendra...". Tu parles !!!  

.

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article