Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Je tiens à raconter cette journée du lundi 28 septembre 2009, en dehors du contexte initial de mon blog, car l'expérience vécue DOIT ETRE PARTAGEE AVEC TOUTES LES FEMMES.
ENFIN LA SOLUTION CONTRE LES AGRESSIONS PHYSIQUES ENVERS LES FEMMES.
Cette méthode, toute simple, est acquise en 2 heures de temps pour les bases primordiales. Après il ne s'agit plus que d'entretien à la Pavlof.
Je suis suivie par une association de femmes battues, parce que, vous le décourvrirez plus tard, je n'ai pas été battue physiquement mais psychologiquement et financièrement.
Cette association m'a été conseillée par le CIDFF (Centre d'Information et de Documentation des Femmes et des Familles de Toulouse), (elle même conseillée au départ, par une collègue de travail,) car ils ont bien compris qu'il me fallait un suivi sur le sujet de la maltraitance dans le couple envers la femme.
Cette association présentée est basée sur Toulouse avec un antenne sur Muret. Il y a d'autres antennes au travers de la France. Son nom : "Du côté des femmes". Vous pourrez les joindre par téléphone au 05.34.63.16.74 ou leur laisser un message. 
Enfin, bref. Du côté des femmes m'avait demandé la semaine dernière de participer à un cours de self-défense, ce qui pourrait m'intéresser et de plus, depuis le temps que je venais les voir, mon planning de travail ne m'avait pas permis d'assister à aucune des réunions de groupe.
Ce lundi, donc, je les appelle, pas décidée du tout à venir. Après moultes tergiversations, je me décide. Après tout, il faut retrouver la Kinia d'antant, celle qui essaie tout afin de pouvoir apporter une critique au sujet. 
Me voici donc, avec un pessimisme maximal. je ne voulais pas de séances de Yoga ou autre méthode à la noix où l'on demande de se calmer, de chercher la paix intérieure etc... JE NE SAIS ET NE VEUX PAS FAIRE. 
Le cours commence. Il s'agit d'une méthode canadienne avec un nom à l'asiatique. Cette méthode n'a qu'un seul impératif : ETRE UNE FEMME. En effet, elle est adaptée à la morphologie des femmes et quelle que soit la morphologie de la femme.
Une fois passé le scepticisme dû à la recherche de la force naturelle en nous, et gna gna gna, le cours s'est avéré être absolument superbe.
J'ai voulu être l'agresseur car j'étais la plus costaude du groupe. Les autres participantes m'ont réduite à rien et m'ont renversé comme une crêpe (mais je mes suis rattrapé après non mais...).
Nous avons appris comment nous débarrasser d'un agresseur, quelque soit la position d'attaque (debout, dans le dos, au sol, étranglement ou pas...) et même à nous débarrasser des "gros doncs collants" avec juste l'index.
Cette méthode a des impératifs : 
1/ ce n'est que de la défense et donc, nous espérons ne pas en avoir besoin,
2/ le but est d'immobiliser l'agresseur, le temps de fuir et d'aller porter plainte, il n'est donc pas question de tuer son adversaire (le meurtre est toujours passible des assises),
3/ on ne se fait JAMAIS mal à soi-même,
4/ 3 zones du corps sont interdites pour risques de décès par hémorragies internes,
Par contre, pour le reste, on a appris à fracasser l'agresseur et donc à perdre cette idée qu'une femme ne peut frapper et à prouver que la puissance musculaire n'a rien à voir avec l'efficacité de ces immobilisations.
Deux heures d'apprentissage fastoche et maintenant, non seulement je ne craignais déjà personne, mais en plus celui ou celle qui essaie de m'agresser finira aux urgences.
LA PREUVE ? Le test ultime à la fin du cours : Casser en deux, sans efforts, une planche en pin de 2 centimètres d'épaisseur, posée entre deux chaises recouvertes de mousse avec un coup de poing, un seul et toujours sans se faire mal.
Je me suis installée, un genou à terre, devant cette planche, je me suis concentré quelques secondes et mon poing est parti.
Un grand CLAC a retenti. La planche était cassée en deux par son milieu.
Je me suis levée d'un coup et j'ai hurlé, en ramenant mon poing le long de mon torse "YYESSSSSS!!!!!"
Les deux bouts de planche m'ont été donné en souvenir.
A la prochaine séance, à laquelle je courrais, j'en trancherais deux.
Mesdames et Messieurs les agresseurs : ATTENTION A VOUS !!!
                                                                                 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by