Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 16:46
1985 : premières restrictions budgétaires auprès du ministère de la défense.
1/Mon père, dans l'armée de l'air depuis 34 ans, car il avait devançé l'appel à 16 ans, se voie refuser sa demande de prolongation de travail de 40 à 45 ans. Plus d'argent pour maintenir les appelés à la retraite. Le problème est que j'étais en terminale, ainée d'une famille de 4 enfants et la dernière de mes soeurs était à peine en 4ème. Super. D'autant plus que, à ce moment là, nos politiciens n'avaient rien trouvé de mieux que de supprimer les charges sociales aux employeurs qui enbaucheraient des jeunes mais qui en paieraient 5 % de plus pour l'emploi d'un retraité. Mon père n'a donc eu comme solution que celle d'ouvrir son propre magasin afin d'élever ses enfants.

2/ Notre pensionnat était donc menacé de fermeture avec projet de continuer l'enseignement des jeunes filles du côté de Grenoble en étant rattaché à l'EPA (Ecole des Pupilles de l'Air), établissement équivalent au notre mais pour les garçons et donc pas avec les mêmes matières d'enseignement proposées.
C'est pour sauver notre Maison Des Ailes que Charles HERNUE nous a rendu une visite très officielle. Son compte-rendu a permis le sauvetage pour quelques années encore.
Branle bas de combat ! Ce n'était pas rien : LE MINISTRE DE LA DEFENSE HIMSELF !
Ce fût donc le grand ménage des locaux, des infrastructures soprtives, de la pelouse pour l'hélico et du château.
Accueil depuis l'hélico jusqu'au château par des hauts gradés ainsi que le maire et autres huiles le tout en passant à travers nos rangs. Nous étions rangées par équipes comme d'habitude ou presque. En temps normal, pour les prestations, nous étions face au château et donc dos à la pelouse. Ce jour là non. Face à l'hélico, dos au château, nous avons dû faire un demi tour gauche dans le gravier, une fois le ministre sur le perron. Je ne vous raconte pas les répétitions pour ce mouvement à faire en petites chaussures dans le gravier mou. mais nous y sommes arrivé, bien sûr. Puis revue des troupes, euh pardon, des équipes. Présentation du nom de l'équipe par la chef d'équipe puis annonce de la devise de celle-ci par la sous-chef. Par exemple : "Equipe Saint Exyupéry" ; "devise : Rester simple !". Puis les couleurs, puis le chant de l'établissement : "Tombés pour la patrie, à nos pères honneur. Ils ont donné leur vie sans reproche et sans peur. A la Maison Des Ailes et dans tous nos travaux, ils restent nos modèles. A plus Noble, plus Haut" (a plus noble, plus haut étant la devise de l'établissement). Puis la Marseillaise à 3 voies évidement.
Vin d'honneur au salon du château avec remise de l'insigne de notre maison par la représentante des élèves en compagnie de l'ensemble des terminales. Sauf moi, que l'on avait assigné à l'extérieur et loin car mon franc parler aurait risqué je ne sais quoi.
Pendant ce vin d'honneur, mise en place de la haie d'honneur. Toutes les élèves alignées du sanglier à l'entrée de l'internat. Le sanglier ? une statue représentant un sanglier qui servait de délimitation entre les batiments neufs et le château.
Visite de toutes les installations, repas et départ de Monsieur Charles HERNUE.
Charles HERNUE : un homme magnifique, une prestance superbe, un sourire non feint sur une barbe impéccable. Un homme diplômate à souhaits mais franc. Un homme représentant parfaitement la France dans tout ce qu'elle a de meilleur. J'aurais vraiment aimé le rencontrer, même en dehors de ses activités ministérielles. Un homme partit avec ses secrets, un homme que l'on aurait jamais dû perdre, du moins pas comme cela s'est passé.

1985 : année de tous les défis et déterminante pour mon avenir = année du baccalauréat. Bac F8 option sciences médico-sociales. Année de la mise en place de la nouvelle comptabilité des notes suite à un an de manif. Manif que nous suivions à la radio, puisque, enfermées à Echouboulains, il ne nous était pas possible d'y participer. En plus Valence-en Brie ce n'était pas la porte à côté des lieux des manifs et, détail important, nous n'avions ni permis ni véhicule. Donc, à force de manif, il avait été convenu que les bac techno auraient le même système de comptabilité des matières entre elles que les bacs généraux. En effet, avant, il fallait avoir la moyenne aux 2 bacs pour avoir son examen. Alors que les bacs C ou S pouvaient l'obtenir grâce à la philo. ET, cerise sur le gâteau, ce fût la première année où nous pouvions avoir des mentions. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kinia
commenter cet article

commentaires

vir 01/10/2009 23:40


que de souvenirs !!! j'ai eu l'impression de revivre certaines scènes quelques années plus tard au même endroit ...ca rafraîchit la mémoire ;-) merci !


Kinia 02/10/2009 11:53


Vir : bienvenue. Une ancienne d'Echouboulains ? Super ! décidément le monde est petit.
amitiés Kinia 


chou 22/04/2009 11:43

Je tombe ici suite à ton com chez Pascal. Je comprends mieux l'ambiance. Je ne manquerai pas de repasser si l'insomnie me guette.

Pom 20/04/2009 19:56

C'était un passionnant récit, j'ai hate de connaitre la suite et de te lire encore...

Arachnée 20/04/2009 14:29

Suite au com sur mon blog je suis venu voir..un monstre..surprenant..j'ai de quoi lire!

Kinia 20/04/2009 20:42


Et ce n'est pas fini.....
Vas sur ma dernière page, il y a un petit mot exprès pour toi et pour Pom.
Bisous 


Kaos 19/04/2009 20:20

Pas de soucis pour la photos du chat. Je repasserai lire plus tard ok?

A+

Kaos

Kinia 20/04/2009 20:42


Avec plaisir. Bisous. Un petit mot pour tous ceux, qui comme toi sont venus me voir dans ma dernière page.